Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Au plateau d'Assy, les 71 victimes de la catastrophe du sanatorium Roc des Fiz en 1970 auront leur mémorial

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Après 50 ans d'oubli, la catastrophe du plateau d'Assy en Haute-Savoie, du 16 avril 1970, aura bientôt son mémorial. Un monument va être installé dans quelques jours sur le site du drame, celui du sanatorium Roc des Fiz dont une partie avait été engloutie par un glissement de terrain.

Le sanatorium Roc des Fiz au plateau d'Assy, construit dans les années 1930
Le sanatorium Roc des Fiz au plateau d'Assy, construit dans les années 1930 - Fonds Henri-Jacques Le Même, archives départementales de Haute-Savoie

Passy, France

Il ne reste plus rien du sanatorium Roc des Fiz, construit dans les années 30 comme une dizaine d'autres établissements sur le plateau d'Assy, pour soigner les personnes atteintes de tuberculose. Lui n'accueillait que des enfants, 189 au total. Le 16 avril 1970 une coulée de boue balaie l'aile ouest du bâtiment. La télévision arrive le lendemain. 

Le bilan définitif sera donc de 71 victimes dont 56 enfants. Il y aura une action en justice car les familles s'interrogent sur les fissures qui avaient été repérées dans les chambres. Une plainte contre X  et une action contre la commune de Passy qui aboutit en appel à une indemnisation des familles dix ans plus tard en 1980. Et puis, plus rien, juste le silence et une petite stèle qui ne dit rien des 71 disparus. Dans les années 2010, grâce aux réseaux sociaux, les respacés, les familles de victimes, les anciens pensionnaires se retrouvent, échangent et fondent le "collectif du Roc des Fiz" en 2017. Son président est Luc Destailleur, qui vit à Lille. Il a passé un an au sanatorium Roc de Fiz et avait quitté l'établissement quelques jours avant la catastrophe. Avec le soutien de la mairie de Passy, du Conseil départemental de Haute-Savoie et de la Fondation des Villages de Santé et d'Hospitalisation d'Altitude ainsi que de donateurs publics et privés, le mémorial est réalisé en granit par l'entreprise familiale Laurenzio à Combloux. Sa forme évoque une montagne qui se déchire avec cette inscription : "coulée de boue, coulée de larmes, 71 étoiles brillent dans le firmament et dans nos mémoires sans jamais cesser de veiller sur nous". Le 29 mai prochain, tout le monde se réunira sur le site du sanatorium qui a été rasé, pour installer le mémorial et préparer 2020, l'année du cinquantenaire de la catastrophe.

Écoutez : reportage sur le mémorial de la catastrophe du plateau d'Assy du 16 avril 1970

Connaissez-vous l'histoire des sanatoriums sur le plateau d'Assy ? Le site a été dès les années 30, à 1 300 mètres d'altitude face au Mont-Blanc, une des plus importantes stations de cure d'Europe pour les personnes atteintes de tuberculose. Trois mille curistes étaient accueillis dans une vingtaine d'établissements. Le Conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement de Haute-Savoie a édité une brochure sur ces paquebots des montagnes.