Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Francis Heaulme jugé pour le double-crime de Montigny-lès-Metz

Au procès de Francis Heaulme, l’avocat général demande la réclusion criminelle à perpétuité

L’avocat général Jean-Marie Beney a réclamé mercredi la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Francis Heaulme. Le verdict est attendu ce mercredi soir pour le procès du double meurtre de Montigny-lès-Metz.

Jean-Marie Beney, l'avocat général de la cour d'assises de Metz a requis la perpétuité à l'encontre de Francis Heaulme.
Jean-Marie Beney, l'avocat général de la cour d'assises de Metz a requis la perpétuité à l'encontre de Francis Heaulme. © Maxppp - Alexandre Marchi

Metz, France

Au terme d’une plaidoirie de deux heures devant la cour d’assises de Metz, ce mercredi, l’avocat général Jean-Marie Beney a réclamé la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Francis Heaulme. Depuis quatre semaines, le tueur en série comparait devant la cour d’assises pour le double meurtre de Montigny les Metz.

Dans le duo que forment l’avocat général et l’avocat général adjointe, c’est Jean-Marie Beney qui commence. Il a le rôle de l’accusateur. Il revient sur l’acquittement de Patrick Dils. C’est un acquittement définitif, qu’on ne peut en aucun cas remettre en cause, rappelle le magistrat.

Il rend aussi hommage aux familles des victimes, les parents et grands-parents d'Alexandre et Cyril, oubliées par l’institution judiciaire, par défaut de rigueur ou d’engagement.

Les charges qui pèsent

Pour l’avocat général, ce qui compte ce sont les causes. C’est l’avocat général adjoint, Brigitte Harmand-Colette qui prend le relais et les liste, comme l’ont fait avant elle, les enquêteurs. Il y a la violence des faits, la constance de Francis Heaulme quand il dit qu’il était là, les déclarations des pêcheurs, mais aussi des codétenus qui ont recueillis les confidences de Heaulme. Il y a aussi les horaires : "A 18H20, si les enfants n’étaient pas morts, ils seraient rentrés chez eux. Malheureusement, Francis Heaulme est passé par là ".

Pour elle, les aveux de Francis Heaulme sont inscrits dans cette lettre envoyée à l’un de ses codétenus, Pascal Michel. Une lettre que Francis Heaulme reconnait avoir écrite : "Je suis tranquille pour Montigny. Ils peuvent pas dire que c’était moi, parce que personne ne m’a vu"

Ses aveux, nous nous en passerons." - l'avocat général, Jean-Marie Beney

Pour Jean-Marie Beney, si Francis heaulme n’avoue pas, c’est parce que cela pourrait espacer les rares visites de sa sœur. C’est aussi parce que "dans les codes détestables, mais réels, du monde carcéral, il ne faut pas toucher aux enfants". Il a peur d’être ostracisé. C’est peut être aussi parce que Francis Heaulme, malgré ses condamnations (125 ans de prison et deux fois perpétuité), a l’espoir de sortir un jour, pour raisons médicales.

"L'absence d'aveux, cela aggrave la peine des familles, mais ce n’est pas une façon d’égarer la justice", remarque l'avocat général. Il se tourne vers les jurés et leur demande de ne pas se laisser aveugler par un rideau de fumée.

Quand Francis Heaulme dit 'Montigny ce n’est pas moi'. Par votre juste verdict, vous direz : Alexandre, c’est vous ! Cyril, c’est vous ! Au nom de l’intérêt général vous prononcerez la réclusion criminelle à perpétuité"

Le verdict est attendu ce soir mercredi, après la plaidoirie des défenseurs de Francis Heaulme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu