Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Chirurgien pédophile : l'affaire Joël Le Scouarnec

Tournant au procès Le Scouarnec : l'accusé prêt à passer aux aveux complets

Jugé depuis lundi devant les assises de la Charente-Maritime, Joël Le Scouarnec semble désormais disposé à reconnaître les viols dont on l'accuse. Un tournant dans le procès. L'accusé sera notamment interpellé ce mercredi par ses deux nièces, abusées dans les années 80 et 90.

Le huis-clos total des débats a été prononcé pour ce premier procès de Joël Le Scouarnec devant les Assises de la Charente-Maritime.
Le huis-clos total des débats a été prononcé pour ce premier procès de Joël Le Scouarnec devant les Assises de la Charente-Maritime. © Radio France - Julien Fleury

Joël Le Scouarnec va-t-il enfin formuler des aveux complets ? C'est plus que jamais l'espoir des parties civiles, au premier procès de l'ancien chirurgien de Jonzac, poursuivi pour viols et agressions sexuelles sur quatre petites victimes. Ce procès devant les assises de la Charente-Maritime a en tout cas connu un tournant mardi après-midi, avec un changement d'attitude de l'accusé, désormais disposé à reconnaître les viols dont on l'accuse.

Avocats survoltés

Interruption d'audience, mardi soir peu après 18 heures. Les avocats des parties civiles quittent la salle survoltés. Malgré le huis clos total des débats, on comprend que Joël Le Scouarnec a commencé à parler. Lui qui depuis son arrestation il y a trois ans et demi, ne reconnaît que des agressions sexuelles sur ses victimes, semble prêt à formuler des aveux complets. Reconnaître les viols pour lesquels il comparaît en cour d'assises.

Et dire que tout avait très mal commencé lundi. Froid, distant, Joël Le Scouarnec parlait peu. Aux questions trop précises, il répondait qu'il ne se souvenait plus. "Amnésie sélective, stratégique" dénonçaient les parties civiles. Et pourquoi pas une forme de "déni psychologique", répondait son avocat Thibaut Kurzawa. Comme s'il avait laissé derrière une porte fermée à jamais ses souvenirs les plus noirs, pourtant décrits dans ses carnets avec force détails.

"Les choses vont peut-être bouger"

"Les choses vont peut-être bouger", admettait Me Kurzawa mardi midi. Et c'est visiblement ce qui est en train de se passer, au grand soulagement de ses victimes. "On commence à voir une chape de plomb qui se soulève, et un personnage qui s'effrite" confirme Francesca Satta, avocate de la petite victime jonzacaise de Le Scouarnec, la première à l'avoir dénoncé.

"J'espère que ça va continuer, en ce qui nous concerne, poursuit Me Satta. Je n'ai pas la réponse à cette question, mais c'est sur la bonne voie, et que nous aurons enfin notre part de vérité." Reste donc à savoir si l'accusé sera toujours disposé aux aveux ce mercredi, notamment quand il sera interpellé par ses deux nièces, abusées dans les années 80 et 90. 

Face à ses victimes

Le verdict est attendu jeudi soir. Ce procès est le premier volet d'une affaire tentaculaire qui comprendra un second procès, actuellement instruit à Lorient, et impliquant plus de 300 victimes du pédophile présumé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess