Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Au Touquet, les CRS qui surveillent la villa des Macron privés de leur fusil d'assaut

mardi 29 août 2017 à 18:04 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord et France Bleu

Au Touquet, les CRS qui surveillent les abords de la villa du couple présidentiel, dénoncent une nouvelle consigne qui leur a été faite juste avant le dernier passage des Macron. Le syndicat Alliance affirme qu'on leur demande désormais de patrouiller sans leur fusil d'assaut.

Emmanuel et Brigitte Macron, sortent de leur villa pour un bain de foule, le 26 août
Emmanuel et Brigitte Macron, sortent de leur villa pour un bain de foule, le 26 août © Maxppp - PHOTOPQR/VOIX DU NORD

Le Touquet-Paris-Plage, France

Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, la villa présidentielle est surveillée, même en son absence. Une demi compagnie de CRS est affectée à cette mission, et patrouille aux abords de la villa Monejean, le nom de la maison du couple, en plein centre du Touquet. Une quarantaine d'hommes se relaient 24h sur 24, 7 jours sur 7, équipés notamment de leur fusil d'assaut.

Des fusils d'assaut priés d'être discrets

Mais les CRS chargés de cette surveillance lancent un cri de colère et d'alerte : en fin de semaine dernière, juste avant la dernière visite présidentielle au Touquet, ils ont reçu la consigne de ne plus patrouiller avec leur fusil d'assaut. Le HKG36 est une arme longue, imposante, dont les forces de l'ordre sont dotés dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Les CRS de la villa Macron doivent désormais la laisser dans leurs véhicules. "Les collègues ne comprennent pas qu'on leur ait enlevé un moyen de défense pour lequel ils sont formés", explique Frédéric Ledoux, délégué régional CRS du syndicat Alliance Police Nationale, "quelque part, c'est amoindrir la sécurité immédiate".

Frédéric Ledoux, délégué régional CRS du syndicat Alliance Police Nationale

"Eviter les nuisances pour le voisinage"

Dans un tract (lire document PDF ci-dessous), le syndicat s'interroge : la vision de fusils d'assaut gênerait-elle les habitants de la très tranquille station balnéaire ? Alliance affirme même que la hiérarchie a demandé aux CRS "d'éviter les nuisances pour le voisinage". Ce qui provoque la colère de Frédéric Ledoux : "la vision d'une arme n'est pas une nuisance, il faut que le citoyen comprenne que nous sommes là pour assurer la sécurité avec les moyens dont nous sommes dotés, pour parer toute attaque qui pourrait concerner les abords du domicile présidentiel, qui est un endroit sensible". Et de conclure : "les nuisances sont surtout causées par les nombreux curieux qui viennent se faire photographier devant la maison !"

La colère des CRS au Touquet