Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Au tribunal correctionnel d'Orléans, des détenus comparaissent parfois le ventre vide

mercredi 4 novembre 2015 à 8:47 Par Stéphane Barbereau et Christophe Dupuy, France Bleu Orléans et France Bleu

Depuis plusieurs mois, il n'est pas rare que certains détenus ne mangent pas de repas avant l'audience. Les avocats du barreau d'Orléans montent au créneau.

Le Palais de justice d'Orléans
Le Palais de justice d'Orléans © Radio France - Stéphane Barbereau

Orléans, France

C'est un motif de tension supplémentaire entre les avocats et le parquet : certains prévenus comparaissent sans avoir mangé. Pas de petit déjeuner, pas de repas le midi et parfois une longue attente l’après-midi, le ventre vide, dans le box avant d’être jugé. Voilà la situation que vivent certains prévenus au Tribunal d’Orléans.

Ecoutez le reportage de Christophe Dupuy

Cette situation ne concerne que les prévenus qui sortent de garde à vue, sont transférés au palais de justice avant d'être jugés en comparution immédiate. Le bâtonnier de l'ordre des avocats d'Orléans, Eric Grassin veut croire à des solutions possibles :

Humainement, c'est bien évidemment pas acceptable. C'est sûr qu'un prévenu qui n'est pas dans une situation parfaite pour se présenter devant ses juges est forcément diminué.

Le problème n'est pas nouveau. Des solutions vont être trouvées entre les services du procureur de la République, de la présidence du tribunal de grande instance et le barreau pour éviter que ce type de problème se pose de nouveau.

Pourquoi cette situation ?

Depuis juin dernier, il est désormais interdit, pour raison de sécurité, à à un gardien du tribunal ou policier escorteur d'aller acheter un sandwich. Pourtant, il y a bel et bien un budget alloué à la chancellerie pour cela.

La situation tend un peu plus les relations entre magistrats et avocats, juste après la grève de ces derniers pour protester contre les modalités de l'aide juridictionnelle.