Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Aubervilliers : une élève autiste enfermée jusqu'à trois heures du matin dans les toilettes de son collège

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La famille de la petite Djeneba, 12 ans, qui souffre de troubles autistiques, avait lancé l'alerte mardi soir. La fillette avait disparu. Elle a finalement été retrouvée la nuit même, à 03h00 du matin, enfermée dans les toilettes de son collège à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Photo d'illustration collège
Photo d'illustration collège © Maxppp - Maxppp

Dans la soirée du 1er au 2 décembre 2020, la famille et les proches de la jeune Djeneba avaient lancé l'alerte sur les réseaux sociaux. La petite fille de 12 ans, élève au collège Gisèle Halimi d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), n'était pas rentrée à la maison à la fin des cours à 15h00, mardi après-midi. Elle est restée enfermée dans les toilettes de l'établissement scolaire jusqu'à 03h00 du matin, selon nos informations. 

Enfermée douze heures dans les toilettes

Dans le quartier des Fusains, où habite Djeneba, on ne trouve aucune trace de la jeune fille. Ses proches, inquiets, alertent la police et se mettent, avec quelques enseignants et des voisins, à sa recherche. Finalement, elle est retrouvée vers 03h00 du matin, enfermée dans les toilettes du collège. Elle n'était, semble-t-il, jamais sortie de l'établissement scolaire.

"On est entrés dans la soirée vers 21h30 dans l'établissement, par une porte du collège qui était cassée. Ce n'est pas normal, où est la sécurité ?", se demande Sofienne Karroumi, joint par France Bleu Paris. L'élu d'opposition à Aubervilliers a participé aux recherches. Une fois à l'intérieur de l'établissement, impossible de vérifier toutes les pièces qui sont fermées à clé. Le groupe se rend donc au commissariat pour demander aux policiers d'intervenir et de faire quelque chose "à ce moment là, il est 2h30 du matin", rappelle Sofienne Karroumi. 

"Elle tremblait, elle était sous le choc"

Après discussion, la police envoie une patrouille au collège. "Les policiers parviennent à entrer dans les toilettes de la cour de récréation et c'est là qu'ils retrouvent la petite fille", "elle tremblait, elle était sous le choc, dans son coin, sans bouger, on a essayé de la rassurer".

"Des parents d'élèves étaient stupéfaits, parce qu'on a pu entrer dans le collège comme dans un moulin", affirme Sofienne Karroumi. L'élu exige des explications au conseil départemental sur les accès de l'établissement pas assez sécurisés, selon lui, et réclame la "création d'une cellule de crise municipale, mobilisable de jour comme de nuit, pour faire face à ce type de situations". 

Les parents portent plainte

Les parents de la jeune Djeneba, ont déposé plainte mardi pour "négligence". "Ce n'est pas normal ce qui s'est passé, ma fille est encore choquée", raconte Aïché, la maman de la collégienne, interrogée par France Bleu Paris. "Ma fille est allée faire une pause dans les toilettes et s'est retrouvée coincée et personne ne l'a vue", explique son père. Il affirme que le principal a appelé hier matin la famille pour s'excuser, mais lui, ne veut pas se contenter de ces excuses et souhaite des explications.

Les explications du rectorat

Au rectorat de l'académie de Créteil, "on cherche encore à savoir ce qu'il s'est passé". "L'agent qui s'occupe de fermer les portes à 17h30 n'a vu personne dans les toilettes et assure que la porte n'était pas verrouillée à ce moment-là", explique-t-on. Le rectorat affirme être "en pleine compréhension de l'émotion suscitée" et tout faire pour qu'un tel épisode ne se reproduise pas. Pour le papa de Djeneba, ce n'est "pas logique","car si un agent est passé à cette heure-ci, il aurait du voir ma fille, donc est-ce qu'il est vraiment passé ? C'est la question qu'on se pose."

En début de soirée, ce jeudi,  le recteur de l'académie a réagit, dans un communiqué publié sur son compte Twitter. Daniel Auverlot promet de veiller "personnellement à ce que toute la lumière soit faite sur cette affaire". Un accompagnement a également été proposé à la famille pour "permettre que les meilleures conditions de poursuite de scolarisation soient offertes à leur enfant", écrit le recteur

Le conseil départemental assure, de son côté, que la porte en question "n'est pas défectueuse mais peut s'ouvrir si on la force" et que tout sera mis en oeuvre pour assurer la sécurité des lieux. Dans un tweet, le président du Département, Stéphane Troussel (PS) apporte son soutien à l'élève et "demande à l'Éducation nationale et à la police de faire toute la lumière sur les circonstances qui ont conduit à la mise en danger de cette collégienne".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess