Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Agression d'un conducteur de bus à Bayonne : le chauffeur en état de mort cérébrale, droit de retrait prolongé

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Pays Basque, France Bleu, France Bleu Béarn

Cinq personnes sont en garde à vue ce lundi après la violente agression d'un conducteur ce dimanche, à Bayonne. L'homme était en état de mort cérébrale à la mi-journée ce lundi. Le réseau Chronoplus est très perturbé, les syndicats exercent leur droit de retrait au moins jusqu'à mardi inclus.

Les conducteurs au dépôt de bus après l'annonce du droit de retrait.
Les conducteurs au dépôt de bus après l'annonce du droit de retrait. © Radio France - Thibault Vincent

Le réseau Chronoplus est quasiment à l'arrêt depuis ce lundi matin 5h sur le BAB et le sera encore au moins ce mardi. Les syndicats exercent leur droit de retrait suite à la violente agression d'un conducteur du trambus dimanche en fin d'après-midi à Bayonne. La victime est un homme de 58 ans, père de trois enfants. Transporté au centre hospitalier de Bayonne, il se trouvait en état de mort cérébrale ce lundi à la mi-journée. 

Cinq personnes sont placées en garde à vue. La première a été interpellé dès dimanche soir, trois autres dans la matinée et une cinquième à la mi-journée. Toutes étaient présentes au moment de l'agression et certaines sont directement impliquées a indiqué le Parquet de Bayonne à France Bleu Pays Basque.

Un rassemblement en hommage au conducteur

Les faits se sont déroulés à l'arrêt Balichon dans le sens Bayonne / Biarritz. Le conducteur a été "roué de coups par plusieurs individus", selon le délégué CFDT de Chronoplus. Le Procureur adjoint ne confirme pas. Plusieurs personnes ayant assisté à la scène étaient entendues ce lundi et la police a lancé un appel à témoins à la demande du parquet. Les enquêteurs cherchent toute personne ayant pris la ligne T1 entre la gare de Bayonne, où sont montés les suspects, et l'arrêt Balichon entre 19h et 19h15.

Ils veulent comprendre pourquoi le conducteur est descendu du trambus pour parler au groupe, qu'est-ce qu'il s'est passé pendant le trajet, combien de personnes exactement sont impliquées et quels sont les motifs de l'altercation et le déroulement des faits. Les gardes à vue elles se poursuivent jusqu'à mercredi matin.

Un rassemblement a eu lieu ce lundi soir en hommage au conducteur sur les lieux du drame. Des fleurs ont été déposées à l'arrêt "Balichon".

Un "acte de barbarie"

La direction adresse son soutien aux salariés ainsi qu'à la famille du conducteur et assure que ce droit de retrait est "totalement légitime". Ce lundi, vers 11h, une entrevue réunissant Claude Olive (le maire d'Anglet et président du syndicat des mobilités Pays basque - Adour), le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray, la direction de Chronoplus et les trois syndicats représentatifs a eu lieu. Au sortir de cette réunion, les élus, très émus, ont promis des "mesures rapides". Le maire de Bayonne a évoqué un "acte de barbarie". Une cellule psychologique a été mise en place à l'hôpital de Bayonne à destination des collègues du chauffeur. Ceux-ci annoncent s'orienter vers une prolongation de leur droit de retrait jusqu'aux obsèques.

Le réseau Chronoplus est très perturbé ce lundi. D'après un communiqué de Chronoplus, seules les lignes 3, 34, 42, 44, 46, 48, 50, 52 et 54 fonctionnent normalement, les lignes gratuites en direction des hôpitaux ainsi que la ligne Adour 1 et le passeur de St-Esprit.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess