Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Aucune évacuation de bidonvilles pendant la trêve hivernale

mercredi 1 novembre 2017 à 5:38 Par Stéphane Barbereau et Emma Sarango, France Bleu Nord et France Bleu

Pour la première fois, l'interdiction d'expulser un locataire pour des impayés de loyers s'applique également aux campements sauvages. Dans le Nord Pas de Calais, la mesure concerne surtout les camps de roms de la métropole lilloise.

Un camp de Roms, à Lille-Sud, évacué en 2013
Un camp de Roms, à Lille-Sud, évacué en 2013 © Maxppp - Photo PQR/La Voix du Nord

Lille, France

28 bidonvilles sont recensés dans la métropole lilloise, essentiellement des camps de Roms. Un tiers se situe dans la ville de Lille, un autre tiers à Villeneuve d'Ascq et le reste est réparti entre les communes d'Haubourdin, de La Madeleine, Lezenne, Wasquehal ou encore Sainghin-en-Mélantois.

Plus d'un millier de personnes vivent dans les bidonvilles

Au total, un peu plus d'un millier de personnes vivent dans ces bidonvilles et ne pourront pas en être chassé pendant 5 mois. Pour la première fois, la loi instaurant la trêve hivernale (qui protège des locataires dans l'incapacité de régler leur loyer pendant la froide saison qui commence) va s'appliquer à ces campements de fortune.

Peu d'expulsions les hivers précédents

Les années précédentes, ces évacuations en plein hiver étaient déjà rares, entre le 1er novembre et le 31 mars mais la menace était réelle. C'était la crainte de tout recommencer à zéro, notamment la scolarisation des enfants. Cette trêve officialisée est donc un soulagement pour les associations nordistes qui demandent désormais une avancée supplémentaire : une stabilisation de ces bidonvilles pendant l'hiver (accès à l'eau potable, à l'électricité ou encore l'installation de sanitaires et d'un système d'enlèvement des ordures ménagères).