Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Aulnay-sous-Bois : policiers et jeunes tentent de renouer le dialogue

-
Par , France Bleu Paris

Plusieurs mois après l’affaire Théo et moins d’une semaine après de nouveaux heurts suivis de l’arrestation d’un responsable de collectif citoyen, la mairie a organisé ce mercredi une journée de rencontre entre jeunes et policiers. Plusieurs centaines de jeunes y ont participé.

Exercice de simulation d'évacuation d'une voiture en feu
Exercice de simulation d'évacuation d'une voiture en feu © Radio France - LF

Aulnay-sous-Bois, France

L’affaire Théo, il y a quatre mois, a marqué les esprits dans cette ville de près de 90.000 habitants au cœur de la Seine-Saint-Denis. Les esprits se sont échauffés aussi le week-end dernier autour du lieu où le jeune Théo aurait été violé lors de son interpellation. C’est là en effet que des individus ont tenté de scier une caméra de vidéosurveillance. Ensuite, une partie des habitants du quartier qui sortaient d’un spectacle se sont retrouvés encerclés par les policiers, l’un d’entre eux, Hadama Traroé, connu pour être le fondateur du mouvement citoyen La révolution en marche a été arrêté comme nous vous le racontions en début de semaine.

C’est donc dans ce contexte tendu que près d’un millier de jeunes ont été invités par la municipalité à rencontrer des policiers autour du stade du Moulin Neuf. Objectif : renouer le dialogue entre les plus jeunes et les forces de l’ordre. Pour ça, ils ont pu se glisser dans leurs peaux le temps d’une journée.

Sortir un collègue policier d’une voiture en feu – scène qui n’est pas sans rappeler celle de la voiture attaqueé au mortier et au cocktail Molotov après une manifestation anti Loi travail l’an dernier - démonstration de dressage de chien policier, présentation du matériel et notamment des fameuses matraques télescopiques a priori utilisées lors de l’interpellation de Théo, tant d'activités de mises en situation qui ont été proposées aux jeunes.

Des jeunes admiratifs mais parfois méfiants

Des petits d’écoles primaires aux grands ados, en passant par les éducateurs et les animateurs de centres de loisirs de la ville, tous saluent cette initiative qui remet du liant et contribue à rétablir la confiance. Pour la plupart, les enfants admirent ces policiers qui "sauvent le monde" et "protègent contre les voleurs". Mais beaucoup admettent qu’ils en ont parfois peur, notamment suite à l’affaire Théo.

Reportage lors de la journée "Jeunes-policiers" à Aulnay-sous-Bois le 24 mai 2017

Après avoir entendu l’affaire Théo, j’avais pas confiance - Kayla

Alors cette journée c’est aussi l’occasion de crever l’abcès. Les policiers rappellent que l’affaire Théo n’a pas encore été jugée, ils expliquent aussi aux enfants qu’ils respectent des règles lorsqu’ils interviennent. Certains d’entre eux s’en étonnent, présuadés qu’ils avaient "tous les droits".

Des policiers contre les préjugés

Les gardiens de la paix le confient "l’affaire Théo nous a fait du mal". Ils doivent donc déployer deux fois plus d’énergie à faire tomber les préjugés. C’est notamment l’une des missions de l’association RAID aventure, fondée en 1992 par un membre du RAID pour renouer avec les jeunes les plus opposés aux autorités.

Christian Chea membre de l'association RAID aventure, et brigadier de police

Les forces de l’ordre déplorent le battage médiatique autour de l’affaire Théo, un point de vue que partage aussi, pour des raisons différentes, des jeunes aulnaysiens comme Mohamed, animateur dans un centre de loisir, et certains membres du conseil citoyen.

Cette opération amène aussi certains éducateurs de la ville à regretter la disparation de la police de proximité, supprimée en 2003 sous Nicolas Sarkozy. Pendant sa campagne, Emmanuel Macron, avait d’ailleurs proposé de mettre en place une police de sécurité quotidienne.

Présentation de l'équipement de CSI 75. - Radio France
Présentation de l'équipement de CSI 75. © Radio France - LF
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu