Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Autotests en pharmacie : "Ces tests arriveront au fur et à mesure dans les officines" selon l'USPO de la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les autotests de dépistage du Covid-19 arrivent à partir de ce lundi dans les pharmacies. Ils coûteront six euros l'unité, le prix ayant été encadré par décret.

Les autotests arrivent en pharmacie dès ce lundi 12 avril.
Les autotests arrivent en pharmacie dès ce lundi 12 avril. © Radio France - Bastien Thomas

Les autotests de dépistage du Covid-19 sont censés arriver dans les pharmacies à partir de ce lundi. En clair, on pourra se dépister chez soi, à la maison et autant de fois qu'on le souhaite, sans faire la queue lors des dépistages organisés ou se rendre à la pharmacie ou au laboratoire. "Ces tests vont arriver au fur et à mesure dans les pharmacies, nous attendons les livraisons de nos fournisseurs", explique Olivier Rozaire, lui-même pharmacien à Saint-Bonnet-le-Château dans la Loire et président de l'union des syndicats de pharmaciens d’officine du département.

Des tests beaucoup plus simples à utiliser

"Tous ces timing qui sont donnés au niveau national sont rarement respectés sur le terrain", poursuit-il, alors que le ministre de la Santé Olivier Véran avait annoncé la disponibilité de ces tests le 12 avril. "Mais c'est le cas de beaucoup de sujets depuis le début de la crise Covid, le gel, les masques, la vaccination ... On a essayé de se procurer les autotests, mais les délais étaient beaucoup trop courts pour les avoir. Il faut savoir qu'il y a toute une chaîne logistique à organiser. On devrait donc les avoir plutôt dans les jours à venir."

Ces tests seront en tout cas plus faciles à utiliser. "Il suffit d'un simple prélèvement nasal", détaille Olivier Rozaire. "On va récupérer un peu de mucus au niveau du nez avec un écouvillon beaucoup plus court que les tests qu'on utilise déjà. Ensuite, il faut le mettre dans une petite solution et mettre cette solution là sur une petite bandelette."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pas plus de 6 euros l'unité

Le pharmacien insiste, ces autotests ne dispenseront pas les usagers positifs de confirmer le diagnostic avec un test antigénique ou PCR. "C'est très important de continuer à le faire, d'abord pour valider que le test a été fait correctement, mais aussi pour suivre l'évolution de l'épidémie", confie le pharmacien. "Si on enlève les tests antigéniques et les tests PCR, l'épidémie deviendrait invisible. On ne saurait plus qui est positif, qui est négatif. On n'aurait plus du tout de visibilité statistique de cette épidémie."

D'après le décret publié ce weekend, le prix de vente de ces autotests sera encadré : pas plus de 6 euros jusqu'au 15 mai, autour des 5 euros ensuite.

RÉÉCOUTER - Olivier Rozaire, président de l'union des syndicats de pharmaciens d’officine de la Loire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess