Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Aux assises de la Vienne, l'assassin de Civaux condamné à 27 ans de réclusion ciminelle

vendredi 25 janvier 2019 à 23:18 Par Baudouin Calenge et Anne Tréguer, France Bleu Poitou

Le verdict est tombé tard ce vendredi soir au bout de cinq heures de délibéré ! Kevin a été condamné à 27 ans de réclusion criminelle pour avoir tué avec préméditation son ex-compagne en janvier 2016 à Civaux dans la Vienne. Un crime commis pour un mobile glaçant selon l'avocat général.

Les avocates de la défense Maîtres Hay et Coutand
Les avocates de la défense Maîtres Hay et Coutand © Radio France - Baudouin Calenge

Poitiers

A l'image de ce que l'accusé a montré pendant tout ce procès, Kévin n'a pas réagi à l'énoncé du verdict. Mais, "Il ne fera pas appel", a précisé l'une de ses avocates, Maitre Coutand, qui s'est entretenu avec lui juste après le verdict "Il ne veut pas faire subir un nouveau procès à toutes les parties civiles", a-t-il expliqué. Il s'agit peut-être d'une forme de pardon, d'excuse qu'il a été incapable de formuler aussi bien lors du procès que pendant l'instruction de cette affaire.

Préméditation retenue, trouble du discernement rejeté

La cour a aussi retenu la préméditation, comme l'avaient demandé les parties civiles et réclamé l'avocat général. Pour Hervé Drevard "Kevin a tué cette femme pour donner corps à un mensonge". Mensonge qu'il l'a amené à affirmer à sa compagne, qui devait venir le soir même, qu'il était propriétaire de la maison de la victime. Un mobile aussi "glaçant que terrifiant" pour l'avocat général. Face à une telle charge, les conseils de l'accusé ont tenté avec talent de démontrer que la préméditation n'était pas si évidente que cela, que l'accusé souffrait d'un trouble pouvant altérer son discernement. Mais ni Me Coutand, ni Me Hay ne sont parvenues à convaincre, car la cour a non seulement retenu la préméditation mais elle a aussi écarté cette hypothèse de l'altération du discernement qui aurait pu minorer la peine. Pour autant, l'accusé échappe à la peine de sûreté, plus encore à la prison à perpétuité, qui aurait pu être prononcée dans ce dossier.