Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Aux assises du Nord, Redoine Faïd invoque "l'appel de la liberté"

lundi 6 mars 2017 à 20:55 - Mis à jour le lundi 6 mars 2017 à 22:18 Par Emma Sarango, France Bleu Nord et France Bleu

Premier jour du procès de Redoine Faïd aux assises du Nord ce lundi, pour son évasion spectaculaire de la prison de Sequedin en avril 2013. L'ancien braqueur invoque "l'appel de la liberté".

Premier jour du procès de Redoine Faïd aux assises du Nord ce lundi.
Premier jour du procès de Redoine Faïd aux assises du Nord ce lundi. - Olivier Arandel - AFP/ Emma Sarango - Radio France

Douai, France

Quatre ans après sa spectaculaire évasion de la prison de Sequedin, près de Lille, le procès de Redoine Faïd s'ouvrait aux assises du Nord ce lundi. Et c'est la personnalité du braqueur que la cour a examinée pour cette première journée. L'occasion de se pencher sur son parcours, mais aussi ses motivations.

Cocotte-minute

Redoine Faïd a tenté de justifier son évasion en se disant "victime d'une injustice" quant à ses conditions de détention depuis son arrestation en 2011. D'abord à la prison de Fresnes, avant Sequedin, où il était à l'isolement pendant plusieurs mois. "Je ne sortais que deux heures par jour, je ne pouvais pas téléphoner à ma famille", raconte Faïd. Puis en novembre 2012, vient son transfert à la prison de Sequedin, à 200 kilomètres de sa famille. "Si l'on m'avait mis à Nanterre, comme je l'avais demandé, jamais je ne me serais retrouvé dans ce box" assure Redoine Faïd. "Pourtant à Sequedin vous n'étiez pas à l'isolement", souligne l'avocat des parties civiles, Maître Pascal Winter. Faïd répond qu'il était à bout, "une cocotte-minute".

Reprendre sa vie d'avant

Quand la présidente de la cour lui demande si cela justifiait de prendre des otages, Faïd lance : "l'appel de la liberté était trop fort", en fixant les jurés. "La liberté c'est quoi ?" interroge encore Maître Pascal Winter qui défend certains des otages. L'accusé raconte qu'il voulait rendre visite à son père, malade, en Algérie, qu'il comptait reprendre sa vie d'avant, comme attaché commercial, auprès de sa femme et de son fils.

"Au lieu de ça vous avez fait un mois et demi de cavale et retour à l'isolement", conclut la présidente.

Ce mardi, Redoine Faïd va être entendu sur les circonstances de son évasion.

"L'argument de l'injustice, c'est une invention" selon Maître Pascal Winter qui défend certains des otages

Redoine Faïd, une figure du grand banditisme. - Visactu
Redoine Faïd, une figure du grand banditisme. © Visactu

A lire aussi : Quatre ans après l'évasion de Redoine Faïd, la sécurité en question à la prison de Sequedin