Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Auxerre : deux "mauvais chasseurs" condamnés pour braconnage

-
Par , France Bleu Auxerre

Deux Icaunais de 46 et 49 ans ont été condamnés ce mardi 14 mai à trois mois de prison pour avoir chassé de nuit, en voiture, au bord du chemin de fer et sans permis. Des faits qui remontent au mois de mars dernier à Tonnerre.

Photo d'illsutration
Photo d'illsutration © Maxppp - Vincent MOUCHEL

Auxerre, France

Deux hommes de 46 et 49 ans écopent de trois mois de prison pour des faits qui remontent au mois de mars dernier, à Tonnerre. Ils avaient été arrêtés en pleine nuit, au bord de la voie ferrée, avec une arme de chasse et un chevreuil mort dans le coffre.  

A l'audience, mardi, devant le tribunal correctionnel d'Auxerre, les deux hommes ont reconnu les faits, mais sans vraiment pouvoir les expliquer. Les deux hommes se connaissent bien. Ils vivent ensemble. Tous les deux sont handicapés, vivotent d'allocations en petits boulots. Et tous deux ont déjà été condamnés pour des vols et des violences.

Une série d'infractions et d'imprudences

Le plus âgé, chasseur depuis 26 ans, n'a plus le droit de chasser à cause de ses antécédents judiciaires. Pourtant, ce soir-la, ça le démange. Il veut aller tirer avec son fusil. La chasse, c'est son seul plaisir, son seul divertissement. "Au départ, je voulais juste l'essayer sur un arbre", dit-il.

L'autre homme, lui, ne chasse pas mais conduit la voiture. Non sans avoir, d'abord vidé à lui tout seul deux bouteilles de vin blanc. "Je pensais qu'on allait tirer sur des bidons", explique-t-il lui aussi à la barre. Mais non, ils ne tirent pas sur des bidons, ils abattent un chevreuil. 

La procureure de la République fait l'addition : "se déplacer de nuit, en voiture, alcoolisé, avec un fusil chargé, et tirer sur un chevreuil avec des cartouches à plomb, sans permis de chasse, et en dehors de tout plan de chasse, au bord d'une voix ferrée... Tout ça pour avoir de la viande ! Vous êtes de mauvais chasseurs, messieurs, des braconniers", résume la magistrate.

Peut-être pas la première fois

Leur procès a montré qu'en l'espace d'une seule soirée, les deux hommes ont accumulé les infractions et les conduites à risque. Une série d'infractions résumées devant le tribunal par le représentant de l'office national de la chasse, qui égraine : "se déplacer en pleine nuit, avec une arme chargée, après avoir bu. Tirer des coups de feu depuis la route, le long du chemin de fer...  et abattre un chevreuil (un animal assez fragile), en dehors de la période de chasse, ce sont des faits très graves", ajoute l'agent. 

Pour ne rien arranger, l'animal a été abattu avec des cartouches au plomb , ce qui est interdit pour le grand gibier : "pour ne pas faire souffrir les animaux, il faut utiliser des balles", précise le représentant de l'ONCFS. L'agent suspecte d'ailleurs, sans pouvoir le prouver, que ce n'était pas une première pour les deux hommes. Il évoque des traces de sang séché retrouvées dans la voiture, ainsi qu'un démonte pneus plein de sang et de poils. Il évoque aussi de la viande de gibier retrouvée dans le congélateur de la compagne d'un des prévenus.

Aucun respect des règles de sécurité

La procureure de la République conclut : "chasser, c'est nécessaire, mais il faut le faire avec respect. Il faut respecter l'environnement, respecter les animaux et les règles de sécurité.... vous n'avez rien fait de tout cela !"

A la barre, les deux hommes bredouillent : "je voulais essayer mon fusil, j'ai pété un plomb", dit l'un. "J'ai fait une grosse bêtise", dit l'autre.

Leur peine de trois mois de prison devrait être aménagée, sans doute avec un bracelet électronique. Les deux hommes ont aussi été condamnés à verser chacun entre 1.600 et 1.800 euros d'amendes et de dommages et intérêts aux parties civiles (la fédération départementale des chasseurs de l'Yonne et l'association pour la protection des animaux sauvages).