Faits divers – Justice

Avalanche aux Deux-Alpes : le professeur était sorti en novembre d'un séjour en hôpital psychiatrique

Par Denis Souilla, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu vendredi 15 janvier 2016 à 13:33 Mis à jour le vendredi 15 janvier 2016 à 15:47

Les secours sur les lieux de l'avalanche aux Deux-Alpes (13/01/16)
Les secours sur les lieux de l'avalanche aux Deux-Alpes (13/01/16) © Radio France - Gérard Fourgeaud

Le professeur qui encadrait les dix lycéens, pris dans une avalanche mortelle aux Deux-Alpes (Isère) mercredi, était sorti en novembre d'un séjour en hôpital psychiatrique.

L’enseignant qui encadrait les dix lycéens pris dans une avalanche mortelle aux Deux-Alpes (Isère) mercredi, était sorti en novembre d'un séjour en hôpital psychiatrique, après une période de dépression. Depuis, il prend un lourd traitement, notamment des anti-dépresseurs et des stabilisateurs d'humeur. Au CHU de Grenoble, où il a été placé en garde à vue pour "homicides involontaires" depuis jeudi à 16h30, il a d'ailleurs demandé à retourner en hôpital psychiatrique.

Le professeur accompagnateur s'était déjà engagé mardi, la veille du drame, avec des élèves sur la piste noire de Bellecombe, alors fermée au public, sur le domaine skiable des Deux-Alpes. A ce moment-là, certains élèves auraient refusé de s'engager sur cette piste. Mercredi après-midi, ayant vu depuis le télésiège qu'il y avait des skieurs sur cette piste, l'enseignant a de nouveau dit oui aux lycéens qui voulaient profiter de la neige fraîche. Lors du drame, la coulée de neige a coûté la vie à deux lycéens de 16 ans, élèves en première au lycée Saint-Exupéry à Lyon, et à un touriste ukrainien hors du groupe scolaire. Ce professeur d'EPS aurait appris à skier en autodidacte et il n'aurait pas regardé la météo le matin des faits. Météo-France annonçait alors un risque "marqué" d'avalanche, d'un niveau trois sur cinq. La hiérarchie scolaire pouvait-elle le laisser encadrer un groupe d’élèves lors d'un séjour a la montagne ?

L'enquête pourrait désormais se pencher sur les responsabilités de la hiérarchie de l'établissement scolaire. La garde a vue de l'enseignant doit être prolongée. Il sera présenté demain après-midi au Parquet  pour l'ouverture d'une information judiciaire pour "homicides involontaires".

Les Deux-Alpes, sur la commune de Mont-de-Lans, en Isère - Radio France
Les Deux-Alpes, sur la commune de Mont-de-Lans, en Isère © Radio France - Denis Souilla

Partager sur :