Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Avis de recherche : 45 ans après, elle veut retrouver son fils, adopté contre son gré, à Saint-Étienne

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu
Saint-Étienne, France

C'est un avis de recherche qui a été très largement partagé ces derniers jours. France Bleu a retrouvé Michèle en Allemagne à Leverkusen où elle mène ses recherches pour retrouver son fils adopté vraisemblablement contre son gré en 1972 à Saint-Étienne.

L'avis de recherche de Michèle.
L'avis de recherche de Michèle. © Radio France -

"Je recherche mon fils né le 10 janvier 1968 à Charleroi en Belgique sous le nom Dario Di Maggio. Il a été adopté en septembre 1972 à Saint-Étienne.Je te cherche depuis longtemps"

France Bleu Saint-Étienne Loire a retrouvé celle qui recherche son fils âgé aujourd'hui de 49 ans. Elle s'appelle Michèle et a 71 ans. En 1972, son mari de l'époque sort de prison et découvre que sa femme a eu un enfant avec un autre homme pendant son séjour carcéral. Il décide alors de faire adopter cet enfant loin de la Belgique, à Saint-Étienne, où il a de la famille.

"J'espère que je pourrais le retrouver avant de fermer les yeux pour toujours"

Depuis, forcément, l'enfant a changé de nom, elle ne sait rien de lui, n'a même pas de photo de lui. Aujourd'hui elle habite à Leverkusen en Allemagne et elle conserve un infime espoir de retrouver la trace de son fils. Elle le dit à France Bleu : "Je n'ai jamais eu l'intention de l'abandonner. Parce que c'était mon bébé. Quand mon mari est sorti de prison il m'a dit qu'il ne voulait pas un bâtard. Alors il a fait toutes les démarches à Saint-Étienne. Même aujourd'hui il a encore des frères à Saint-Étienne mais je n'ai pas de contacts avec eux. Je n'ai jamais oublié mon enfant. J'aimerais le voir vraiment. Seulement une fois. Pour savoir s'il a été dans une bonne famille, s'il a été heureux. Ça me fait mal parce que c'était mon bébé. J'espère que je pourrais le retrouver avant de fermer les yeux pour toujours."

Michèle, 71 ans, jointe par France Bleu

Si vous avez une information ou une intuition une adresse mail existe à laquelle vous pouvez écrire en français ou en allemand : sandra_behrendt@yahoo.de

Choix de la station

À venir dansDanssecondess