Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Baccalauréat 2019 : les agents du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté feront grève aussi

La CGT appelle à une "opération coup de poing", pour perturber les épreuves du baccalauréat qui débuteront ce lundi. Le syndicat demande à ses agents de ne pas assurer la restauration ou le nettoyage, pour protester contre le projet de réforme de la fonction publique.

Elèves dans une salle de classe. /Photo d'illustration
Elèves dans une salle de classe. /Photo d'illustration © Radio France - Céline Asselot

Les élèves de terminale pourront-ils passer le bac dans des conditions normales ?  Après les enseignants, c'est la CGT du conseil régional Bourgogne-Franche-Comté qui promet une opération "coup de poing" pour perturber l'examen.

Le syndicat a déposé un préavis de grève, et demandent aux agents de ne pas nettoyer les salles de classe, ni même d'assurer la restauration collective.

Un moyen de protester contre le projet de loi de réforme de la fonction publique, mais aussi de dénoncer l'absence de dialogue avec les élus. "La présidente de Région fait la sourde oreille par un mépris manifeste envers notre organisation syndicale", explique la CGT dans son communiqué. 

"C'est Marie-Guite Dufay qui prend en otage les élèves"

Alors que certains parlent de "prise en otage" des élèves de terminale, Catherine Salvadori, la secrétaire générale du syndicat, renvoie la responsabilité sur la présidente de la région, Marie-Guite Dufay. "En refusant de nous contacter et de nous recevoir, c'est elle qui prend en otage les élèves. Elle n'essaye pas de nous répondre ou de trouver des solutions à nos revendications", explique la secrétaire. Avant de souligner qu'aucun élève ne sera bien sûr empêché de passer son examen.   

Du côté de la région Bourgogne-Franche-Comté, l'on s'interroge sur le bien-fondé de cette action et l'on conteste le fait que les syndicats ne soient pas écoutés. "Le dialogue il est permanent. Il y a des réunions, et des groupes de travail en permanence", assure Michel Neugnot, le premier vice président. Selon lui, la mobilisation ne fait d'ailleurs pas l'unanimité.  "C'est une grève qui n'est pas celle de tout les syndicats... La CGT a fait ce choix, mais les autres ne sont pas forcément sur la même position".

  - Visactu
© Visactu