Faits divers – Justice

A Badonviller, le collège fermera ses portes à la rentrée 2016

Par Roxane Delaby, France Bleu Sud Lorraine vendredi 22 janvier 2016 à 12:53

le collège de Badonviller bientôt fermé
le collège de Badonviller bientôt fermé © Radio France - Delaby Roxane

C'est officiel, la sonnerie du collège de Badonviller ne retentira plus à la rentrée 2016. L'annonce a été faite par le Conseil Départemental de Meurthe et Moselle le 21 janvier. Dans ce secteur, en 2017, il ne restera plus que trois collèges sur les cinq existants.

Moderniser l'offre éducative ...  

A partir de la rentrée 2016, les collégiens de Badonviller devront se rendre à Cirey-sur-Vezouze ou Bénaménil. Même sort à la rentrée 2017-2018, pour les collégiens de Blamont. Le conseil départemental a décidé de fermer deux établissements dans le secteur de l'Est Lunévillois. Un choix expliqué par la volonté de conforter une offre éducative de qualité, sur trois collèges au lieu de cinq, selon Antony Caps, vice président du conseil départemental délégué à l'éducation. 

Le collège de Cirey-sur-Vezouze est neuf. Le département a investi plus de 10 millions d'euros. Notre objectif est de proposer à l'ensemble des territoires, quel que soit le lieu de vie des collégiens et leur milieu social, la possibilité d'avoir accès à un établissement moderne, bien équipé avec des outils pédagogiques dignes de ce nom."

Il s'agit aussi de s'adapter à l’évolution démographique du secteur. Selon les chiffres de L'INSEE, à l'horizon 2024 le public de collégiens devrait diminuer dans le secteur. Cela fera 360 collégiens de moins selon les prévisions, ils ne seraient plus que 900 en 2024. Au regard de ces effectifs, il serait intenable en terme de budget, de maintenir tous ces établissements selon l'inspecteur d'académie de Meurthe et Moselle Jean-Luc Strugarek. 

Il faudrait multiplier les équipements dans les différents établissements, ce qui coûte cher à la collectivité. Le budget est alimenté par nos impôts , donc c'est bien une question de responsabilité collective à laquelle nous avons à faire face" 

Les habitants déplorent la disparition de leur collège 

A Badonviller, les habitants ne l'entendent pas de cette oreille. L'annonce de la fermeture du collège a fait l'effet d'une douche froide. Ils ont appris la nouvelle, par une enveloppe glissée dans le cartable des collégiens. Elle contenait un document annonçant la fermeture et une plaquette sur le collège de Cirey. Pour les parents d'élèves, la disparition du collège rime avec dépenses et contraintes supplémentaires

Les enfants ne pourront plus rentrer à la maison à midi ou si certaines heures de cours sautent,  et le temps de trajet va empiéter sur les activités extra scolaires des enfants." 

Dans les commerces, on s'inquiète aussi. Delphine gère le bar-tabac de la ville. Elle craint que la fermeture du collège éloignent les gens de Badonviller. 

C'est une aberration ! Ça va être compliqué pour les enfants, puis au niveau du commerce. Qu'est ce qu'il va advenir de nos commerces ? Je ne pense pas que les gens vont rester là ou qu'ils vont emménager. On nous met devant le fait accompli, on a reçu les papiers et maintenant on n'a qu'à se débrouiller." 

Dans le bureau du maire, ambiance morose. Bernard Müller avoue avoir "_l_a gueule de bois". Il s'attendait bien à une fermeture de l'établissement dans les années à venir. En 2008, il avait déjà été question de fermer le collège. Habitants, enseignants et élus étaient descendus dans la rue pour protester. Aujourd'hui, Bernard Müller est fataliste : 

On savait qu'on était voué à une fermeture un jour ou l'autre, mais on était encore serein. Aujourd'hui, on prend un coup sur la tête . [...] C'est 80 collégiens qui vont être absents de la commune : on les voyait sortir de l’école et rentrer chez leurs parents à bicyclette ou à pied. C'est une partie animée de la vie sociale de Badonviller qui en prend un coup." 

Les enseignants inquiets

Du côté des enseignants, on s'inquiète pour l'avenir. Henri Lostette est secrétaire départemental du SNES-FSU, il se pose des questions: 

On n'est pas sûr que la totalité des collègues pourront travailler à Cirey la totalité du temps. Comment va être organisée la structure à Cirey et est-ce que cette fermeture ne va pas induire des économies d’échelle?" 

Le conseil départemental se veut rassurant et affirme qu'il n'y aura aucun licenciement et que tous les postes seront reconduits dans les établissements restants.