Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Baignade interdite et sécurité renforcée à Cazilhac, un an après la mort d'un vacancier

-
Par , France Bleu Hérault

Il y a un an, un vacancier perdait la vie au bord d'une rivière du nord de l'Hérault, heurté par une pierre de deux tonnes. Depuis, des travaux ont été lancés pour sécuriser le lieux, où la baignade et le stationnement ont été interdits.

Le stationnement est désormais interdit sur le parking du lieu dit "Les Forces"
Le stationnement est désormais interdit sur le parking du lieu dit "Les Forces" © Radio France - Bertrand Queneutte

Les départements de l'Hérault et du Gard, comme la mairie de Cazilhac, le regrettent profondément, mais impossible de faire autrement. Un an après la mort d'un camping-cariste sur la petite commune, les grands moyens ont été déployés et des décisions fortes ont été prises : baignade, pêche et stationnement interdits, au niveau du lieu-dit "Les Forces". Un endroit paradisiaque, à cheval sur deux départements, où des dizaines de locaux et touristes s'arrêtaient et se baignaient quotidiennement, mais où un homme d'une quarantaine d'années a été mortellement percuté par une énorme pierre lors d'un éboulement, le 6 août 2018. 

270.00 euros de travaux

Le soir du drame, le vacancier se trouvait sur un parking : une petite aire de stationnement "sauvage" coincée dans les gorges de la Vis, entre la falaise et la rivière, le long de la départementale. Maire du village, Pierre Compan, a largement été ébranlé par cet accident. Pour lui, la sécurité doit désormais primé sur tout le reste. Même s'il regrette de devoir interdire la baignade et le stationnement, il affirme qu'il n'a pas le choix et que sa responsabilité serait directement engagée, en cas de nouvel accident. Il a d'ailleurs écrit à ses concitoyens pour s'en expliquer, précisant que d'autres lieux de baignades existent aux alentours : la cascade de la Vis, notamment, sur la commune de St Laurent le Minier (30).

A la recherche d'une solution durable

Depuis, des études ont été lancées (60.000 euros) afin de trouver des solutions pour sécuriser durablement la falaise sur une large zone, entre Cazilhac et Madières. En attendant, le stationnement a été rendu impossible, depuis le mois de juin, avec la mise en place de murets et de glissières en bois, par les départements du Gard et de l'Hérault (270.000 euros), le long de la chaussée. Une première mesure qui permet d'empêcher les automobilistes d'accéder au site. Par ailleurs, en cas d'alertes (rouge voire orange) aux fortes pluies, le conseil départemental ne s'interdit pas de fermer carrément la route, sans préavis. 

A l'heure qu'il est, la mairie n'a pas été assignée en justice par la famille de la victime. Il n'est cependant pas exclu qu'un procès se tienne dans les mois ou les années à venir.