Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Baisse de la natalité : "Moins d'enfants aujourd'hui, ça veut dire des classes fermées dans quelques années"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le Covid-19 et la crise sanitaire n'ont pas donné envie aux Français de faire des bébés. La natalité est en baisse dans le pays, à un niveau jamais atteint depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Isabelle Valentin, députée de Haute-Loire, a donc déposé une proposition de loi pour la relancer.

Bébé à la maternité (illustration)
Bébé à la maternité (illustration) © Radio France - Aurélie Lagain

La natalité n'a jamais été aussi basse dans la Loire depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Dans le département, il y a eu 300 naissances de moins sur l'année écoulée :  8983 en 2020 contre 9286 en 2019. Au niveau national, l’indicateur conjoncturel de fécondité s’établit désormais à 1,84 enfant par femme.

RÉÉCOUTER - Isabelle Valentin, députée de la 1ère circonscription de Haute-Loire.

Instaurer un congé parental de trois ans

Pour Isabelle Valentin, la situation est inquiétante, au point selon elle de faire de la natalité une grande cause nationale. Elle a d'ailleurs déposé une proposition de loi pour la relancer au début du mois d'avril. "Elle baissé de 79 0000 naissances en France en 2020", explique la députée de la 1ère circonscription de Haute-Loire, invitée de France Bleu Saint-Étienne Loire ce lundi matin.

"On se rend compte que la première préoccupation des Français qui veulent faire un enfant, c'est 'Comment je continue ma vie professionnelle et ma vie familiale'. C'est pour cela que j'ai axé cette proposition de loi sur le congé parental", poursuit Isabelle Valentin. "Je veux un congé parental de trois ans, au choix des parents, avec une rémunération à hauteur de 80% du salaire net. Le jour où l'on a un enfant, bien souvent on change de logement, on achète, on a des dépenses et on ne prend pas de congé parental où l'on gagne 380 euros par mois."

Créer un service public de la petite enfance

"Aujourd'hui, bien souvent il y a des parents qui prennent deux ans de congé parental, mais le conjoint ne prend pas sa troisième année, et donc l'enfant ne va pas à l'école et c'est compliqué de trouver une place en crèche ou une assistante maternelle", enchaîne la députée. "Donc je veux aussi créer un vrai service public de la petite enfance." Parmi les pistes envisagées, la création d'un guichet unique pour les aides de la Caf, mais aussi pour aider les parents à trouver une nounou ou une crèche, parce que "c'est un peu le parcours du combattant pour les parents."

Selon Isabelle Valentin, la baisse de natalité est un enjeu de société majeur. "Moins de bébés maintenant, ce sont des classes maternelles qui fermeront dans trois ans, et on sait que dans les communes rurales une classe qui ferme, c'est la mort du village", confie la députée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess