Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Barrage de Sivens : encore un non-lieu pour le gendarme impliqué dans la mort de Rémi Fraisse

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

La cour d’Appel a rendu ce jeudi une ordonnance de non-lieu dans l’affaire du gendarme qui a touché le militant écologiste autour du barrage tarnais en 2014. Le militaire ne sera donc pas poursuivi.

Un hommage à Rémi Fraisse à Sivens, en 2015.
Un hommage à Rémi Fraisse à Sivens, en 2015. © Maxppp - .

Barrage de Sivens, Lisle-sur-Tarn, France

Il n’y aura - a priori - pas de procès du gendarme qui a tué Rémi Fraisse en 2014 sur le barrage de Sivens. Sans grande surprise, la Cour d'appel de Toulouse a confirmé ce jeudi le non-lieu pour le gendarme qui a lancé la grenade offensive sur le militant écologiste. 

Un premier non-lieu en faveur du gendarme avait été rendu en janvier 2018 par les juges d'instruction, comme le demandait le parquet. En octobre dernier, l'avocat général de la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Toulouse avait de même suivant ainsi les réquisitions du parquet de Toulouse. 

Cour de cassation 

Le 26 octobre 2014, Rémi Fraisse, jeune militant écologiste de 21 ans, avait été mortellement blessé par une grenade lors de violents affrontements sur le chantier de la retenue d'eau controversée de Sivens.

L’affaire n’est pour autant pas terminée.  En cas de non-lieu Maitre Claire Dujardin, l’avocate de la famille de Rémi Fraisse  avait dit que le combat se poursuivrait. "On fera un pourvoi auprès de la Cour de cassation, avant d'aller à la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) s'il le faut" avait assuré l’avocate en octobre dernier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu