Faits divers – Justice

Bas-Rhin : arnaque aux personnes âgées, 25 prévenus devant le tribunal à Strasbourg

Par Olivia Cohen, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass lundi 10 octobre 2016 à 5:00

150 Bas-Rhinois ont été victimes de démarcheurs qui leur faisaient abusivement signer des contrats pour des travaux d'isolation et d'assainissement
150 Bas-Rhinois ont été victimes de démarcheurs qui leur faisaient abusivement signer des contrats pour des travaux d'isolation et d'assainissement © Maxppp -

Au tribunal correctionnel de Strasbourg, un réseau de démarcheurs est jugé ce lundi pour escroquerie en bande organisée avec abus de faiblesse sur 150 victimes, toutes des personnes âgées à faibles revenus et demeurant dans le secteur de Haguenau, dans le Bas-Rhin. 25 individus sont mis en cause.

Au tribunal correctionnel de Strasbourg, un vaste réseau de démarcheurs à domicile est jugé ce lundi pour escroquerie en bande organisée avec abus de faiblesse. Le montant du préjudice s'élève à 4 millions d'euros pour des faits qui se sont produits entre 2008 et 2012 dans le Bas-Rhin. 25 personnes sont mises en cause, notamment des démarcheurs, mais aussi des gérants de société et des actionnaires.

La cible : des personnes âgées

Des commerciaux ont détroussé 150 personnes : ils leur faisaient signer de façon abusive des contrats pour des travaux d'isolation et d'assainissement. Les victimes sont uniquement des personnes âgées de plus de 70 ans à faibles revenus, domiciliées à Haguenau ou dans les environs. Elles sont également affaiblies par la maladie ou préoccupées par un conjoint malade. Chaque fois, le mode opératoire est le même : des employés de la société EDH 67 proposent de contrôler gratuitement la charpente ou l'isolation de la maison. Des devis sont aussitôt établis, ils s'élèvent au minimum à 14.300 euros, ils peuvent aussi frôler les 90.000 euros.

Des techniques de vente abusives

Les pseudo-experts se montrent insistants pour que lesdits devis soient acceptés : Ils multiplient les visites et les coups de téléphones, ils prétendent que les travaux seront totalement pris en charge et ça marche. Les habitants, pensant conclure des contrats en règle, signent en réalité des demandes de crédits à la consommation et des autorisations de prélèvements. Les victimes sont unanimes : elles se sont senties harcelées, prises à la gorge, quasi-forcées de signer la paperasse qu'on leur tendait. Elles précisent également que ce qui les a incitées à dire "oui", c'est que les commerciaux se prétendaient "mandatés par la ville". Au total, près d'une quarantaine de plaintes ont été déposées.

Le procès dure quatre jours.

Partager sur :