Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Une free party illégale réunit plus d'un millier de "teufers" à Basse-Goulaine près de Nantes

-
Par , , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Une free party illégale se tient depuis ce samedi matin à Basse-Goulaine (Loire-Atlantique), près de Nantes. Plus de 1000 personnes sont rassemblées dans un champ. La préfecture de Loire-Atlantique avait pourtant pris un arrêté interdisant les rassemblements festifs.

La rave-party à Basse Goulaine
La rave-party à Basse Goulaine © Maxppp - JM

Des "teufers" venus de toute la France mais aussi de Belgique et d'Italie participent depuis ce samedi matin à une free party illégale à Basse-Goulaine près de Nantes. Plus de 1.000 personnes sont réunies. Elles sont installées dans un champ près de l'aire de co-voiturage de Bellevue. Les enceintes crachent de la musique techno depuis 2h30. En cette période de Covid-19, la distanciation sociale n'est pas respectée et pratiquement aucun participant ne porte le masque. 

Ce non-respect des gestes barrière est même revendiqué comme un acte militant par certains jeunes. "C'est contre les droits de l'homme d'obliger les gens à porter un masque", scande un jeune. "Nous sommes en extérieur, l'air est renouvelé alors je n'arrêterai pas de danser pour autant", ajoute une jeune femme avant de retourner faire la fête. 

Des jeunes venus de toute la France et même de l'étranger

A une cinquantaine de mètres du champ où se trouve le mur de son, une vingtaine de gendarmes sont postés. Depuis 1h30 du matin samedi,  ils ont relevé entre 700 et 800 véhicules, immatriculés dans de nombreux départements français, en Loire-Atlantique et en Vendée, mais aussi en Haute-Garonne, en Haute-Marne, dans les Pyrénées-Orientales, et dans la Sarthe. Au moins une caravane vient de Belgique et dans les allées, on entend également parler italien et espagnol. 

"C'est autant de possibilité de faire circuler le virus", s'alarme un gendarme. "C'est révoltant, surtout vis-à-vis des gens qui respectent et subissent tous les jours le port du masque pour protéger leurs proches", s'indigne Alain Vey, le maire de Basse-Goulaine. 

La préfecture de Loire-Atlantique avait pourtant pris un arrêté interdisant les rassemblements festifs. Les gendarmes n'ont procédé à aucune interpellation ou évacuation. Cette free party pourrait durer tout le week-end. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess