Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bastion Social annonce la fermeture de son local à Clermont-Ferrand

mardi 16 octobre 2018 à 20:51 Par Eric Le Bihan et Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

Le groupuscule d'extrême droite invoque des pressions policières, administratives et juridiques pour justifier cette fermeture. Leur local clermontois a été saccagé à plusieurs reprises. Actions revendiquées par la Cellule Antifasciste Révolutionnaire d'Auvergne.

Manifestation contre l'ouverture du local de Bastion Social à Clermont-Ferrand
Manifestation contre l'ouverture du local de Bastion Social à Clermont-Ferrand © Radio France - Olivier Vidal

clermont-ferrand

L'inauguration (le 14 juillet dernier) du local de Bastion Social, rue de la Treille à Clermont-Ferrand, avait créé la polémique et des tensions. Une manifestation d'opposants à cette ouverture avait rassemblé un millier de personnes. Le maire en personne, Olivier Bianchi, a toujours exprimé son hostilité à une telle implantation dans sa ville. Sans toutefois avoir le pouvoir légal de le faire fermer malgré des échanges réguliers avec les services  de l'Etat. 

Un membre de la CARA en garde à vue

Un local qui a fait l'objet de plusieurs expéditions nocturnes menées par des activistes de la Cellule Antifasciste Révolutionnaire d'Auvergne. Des actes de vandalisme revendiqués avec des photos et des vidéos publiées sur le compte Facebook de la CARA. Selon les informations de France Bleu Pays d'Auvergne, ces actions ont abouti ce mardi matin à une ou plusieurs interpellations et à des perquisitions dans l'agglomération clermontoise. La CARA appelle d'ailleurs à un rassemblement de solidarité ce mercredi midi devant l'Hôtel de police de Clermont-Ferrand.  

Cette escalade de haine et de violences qui a pris une nouvelle dimension dans la nuit du 8 au 9 septembre dernier. Un petit groupe d'amis, des supporters de l'ASM, qui avaient "arrosé" la victoire contre Toulon en sortant du Stade Marcel-Michelin, est passé devant le fameux local de la discorde. "C'est le local des fachos", a lancé l'un d'eux. Et la situation a complètement dégénéré. Des membres du Bastion Social ont répliqué violemment en assénant des coups de poing et de pied aux passants. L'un d'eux a été victime d'une double fracture du tibia péroné. 

Cette affaire a rebondi deux semaines plus tard avec l'interpellation de deux des auteurs présumés de ces violences dans le Bas-Rhin en Alsace. Ces deux membres de Bastion Social avaient quitté précipitamment leur domicile et leur lieu de travail pour fuir la police. Placés en détention provisoire, ils seront finalement jugés, en compagnie d'un 3e agresseur présumé, ce vendredi 19 octobre pour "violences" devant tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand.

Avant même la tenue de ce procès, le Bastion Social a donc jeté l'éponge en fermant sa "permanence" clermontoise et sa section locale. Une décision au goût de victoire pour la Cellule Antifasciste Révolutionnaire d'Auvergne qui s'en est félicitée sur son compte Facebook. 

La CARA relaie l'annonce de la fermeture du local clermontois de Bastion Social - Aucun(e)
La CARA relaie l'annonce de la fermeture du local clermontois de Bastion Social - © Facebook CARA