Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bastion Social : le local clermontois inauguré dans un contexte très tendu

samedi 14 juillet 2018 à 19:28 Par Mickaël Chailloux, France Bleu Pays d'Auvergne

Le local du groupe nationaliste a été inauguré ce samedi rue de la Treille à Clermont-Ferrand. Une inauguration dans un contexte de violence et de polémique.

Les militants venaient de Clermont-Ferrand, quelques uns venaient des locaux ouverts dans l'année
Les militants venaient de Clermont-Ferrand, quelques uns venaient des locaux ouverts dans l'année © Radio France - Mickaël Chailloux

Clermont-Ferrand, France

"L'Oppidum" voit finalement le jour. Le groupe Bastion Social, entouré d'environ 50 militants, a ouvert officiellement ce lieu rue de la Treille, en face de la crêperie Le Menhir. D'une surface de 40 mètres carrés, l'Oppidum a pour vocation de rassembler les militants du groupe nationaliste révolutionnaire. 

Pas d'affrontements en fin d'après-midi

On a craint pourtant une confrontation directe avec les militants d'extrême-gauche, qui durant la semaine ont manifesté contre cette implantation. La Préfecture de Clermont-Ferrand avait interdit tout type de manifestation ce samedi, jour de fête nationale, aux abords de la rue de la Treille. 

"Il y a un risque d'affrontement clair entre militants de Bastion Social et les personnes qui sont mobilisés contre l'ouverture de ce local. Il était nécessaire de prendre des mesures préventives" expliquait ce samedi matin Nicolas Dufaud, directeur du cabinet du préfet. Les forces de l'ordre étaient donc mobilisées pour éviter tout trouble à l'ordre public. Environ 130 CRS et une vingtaine de camionnettes étaient disposées proche de la place de la Victoire pour contenir les risques de débordements. 

Un homme agressé rue de la Treille

Pourtant, la tension était vive ces derniers jours. Des tags ont été réalisés sur la devanture du local de Bastion Social, ce que n'ont pas manqué de dénoncer les responsables du groupe. Mais encore, un homme a dit avoir été agressé par des membres de Bastion Social dans la brasserie Brin d'zinc, rue de la Treille. Il a reçu plusieurs coups. Il a la mâchoire fracturée. Il a du être emmené aux urgences au CHU Gabriel Montpied.  

Sur ces violences, les militants nationalistes se défendent. _"_Nous, on a rien à voir la-dedans. Ce sera à la justice de faire son travail." explique Quentin Gimmel, responsable local de Bastion Social à Clermont-Ferrand. "Y'a déjà eu des affrontements avec d'autres personnes, mais ça a toujours été de la légitime défense. Nous ne prônons pas la violence comme un moyen de diffuser nos idées, mais nous n'accepterons pas de nous faire agresser. Nous ne nous laisserons pas faire" affirmer Mathias Jacquet, un des responsable nationaux du mouvement, créé il y a à peine un an.

Les militants locaux prévoient des actions sociales pour aider "les français uniquement", des récoltes devant les supermarchés pour les plus démunies. Des sessions de tractage sont prévues également devant les facs.