Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Faits divers – Justice

Bâtiment en amiante détruit en Corrèze : le conseil départemental, Servières-le-Château et l'entreprise condamnés

mardi 4 décembre 2018 à 10:19 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Le tribunal de Tulle vient de rendre son jugement, ce mardi matin, dans l'affaire du bâtiment plein d'amiante détruit sans précaution à Servières-le-Château, en Corrèze. Les trois parties poursuivies sont condamnées par la justice.

Le bâtiment, rempli d'amiante, a été déconstruit sans précaution à Servières le Château, en Corrèze
Le bâtiment, rempli d'amiante, a été déconstruit sans précaution à Servières le Château, en Corrèze © Maxppp -

Tulle, France

Le tribunal correctionnel de Tulle vient de rendre son délibéré, ce mardi matin, dans l'affaire de mise en danger de la vie d'autrui et de non respect de la réglementation en ce qui concerne l'amiante. Les faits remontent à juin 2012 quand un bâtiment appartenant au conseil départemental, sur la commune de Servières-le-Château, avait été détruit sans prendre les précautions réglementaires.

Ce mardi matin, les trois parties citées devant le tribunal vient d'être condamnées par ce dernier : le conseil départemental de Corrèze, la commune de Servières-le-Château et l'entreprise Fayat, missionnée pour cette déconstruction, écopent chacun d'une amende de 20.000€. L'entreprise devra aussi verser 3.750€ à chacun des cinq salariés intervenus sur le chantier.