Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ce que l'on sait de l'attaque qui a fait deux blessés devant la mosquée de Bayonne

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Pays Basque, France Bleu, France Bleu Gascogne

Des coups de feu ont été tirés, ce lundi 28 octobre après-midi, à la mosquée de Bayonne. Il y a deux blessés. Un suspect, un ancien militaire de 84 ans, a été interpellé dans les Landes. Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez, s'est rendu sur place dans la soirée.

La mosquée de Bayonne, au nord de la ville, est sous surveillance
La mosquée de Bayonne, au nord de la ville, est sous surveillance © Maxppp - Nathalie Bagdassarian

Bayonne, France

Deux personnes ont été blessées par arme à feu à la mosquée de Bayonne, ce lundi 28 octobre, dans l'après-midi. Le tireur présumé, un ancien militaire de 84 ans, candidat du Front National (FN) aux élections départementales en 2015 a été interpellé dans les Landes puis placé en garde à vue. Voici les informations dont nous disposons.

L'essentiel 

  • Deux personnes âgées de 74 et 78 ans ont été gravement blessées par balles devant la mosquée de Bayonne ce lundi 28 octobre.
  • Le tireur présumé, un ancien militaire de 84 ans, candidat du Front National (FN) aux élections départementales en 2015, a été interpellé dans les Landes puis placé en garde à vue du chef de "tentative d'assassinats".
  • Le président Emmanuel Macron a condamné "avec fermeté" une "attaque odieuse".

Deux blessés

Selon la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, le suspect a tenté d'incendier le lieu de culte, situé 35 rue Joseph Latxague. Mais il a été surpris par deux personnes et a ensuite tiré dans leur direction. Les deux victimes de 74 et 78 ans sont gravement blessées. Selon les informations de France Bleu, l'un des fidèles a été touché au thorax et l'autre au bras. Ils ont été admis aux urgences de l'hôpital de Bayonne. En repartant, l'homme a incendié une voiture. Les pompiers ont dû intervenir. "J'ai entendu des gens hurler, explique un témoin sur place. J'ai vu un homme sous la voiture, en feu, je l'ai tiré avant qu'elle n'explose." 

Près de la mosquée, au nord de Bayonne, le périmètre a été sécurisé, puis l'accès débloqué vers 18h. Deux cellules d'urgence médico-psychologique ont été mises en place : une à l'hôpital de Bayonne et une autre sur place, à la mosquée. Sur place, les fidèles se disent ce lundi soir "très choqués".

Dans la soirée, le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray, a indiqué à France Bleu Pays basque avoir reçu "des nouvelles rassurantes" des deux blessés.

Un militaire landais de 84 ans arrêté

Un homme de 84 ans, ancien militaire a été interpellé vers 15h30 par la police, à proximité de son domicile à Saint-Martin-de-Seignanx, dans les Landes. Selon les informations de France Bleu Pays basque et France Bleu Gascogne, le suspect avait sur le siège passager un pistolet Smith & Wesson ; une arme qu'il a essayé d'utiliser avant d'être désarmé par un policier. Les enquêteurs ont ensuite découvert une bouteille de gaz en bas du siège avant droit.

L'homme a été placé en garde à vue du chef de "tentative d'assassinats", a indiqué le procureur de Bayonne. La police judiciaire est chargée de l'enquête.

Le suspect, qui se prénomme Claude Sinké est donc un ancien militaire, également retraité de l'Education nationale. Il avait été candidat pour le Front National pour les départementales en 2015 dans le canton du Seignanx, dans les Landes, et était arrivé second. Il avait publié un essai en 2014, un pamphlet s'en prenant vivement "aux travers de la religion et de la société". C'est aussi un artiste sculpteur, membre de l'association les Amis des Arts Bayonnais. Il serait atteint d'un cancer.

Émotion et indignation 

Le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray s'est rendu sur place. Il a évoqué sur France Bleu Pays basque un "attentat" et assuré que la mosquée rouvrira dans les 48h. "Nous sommes sous le choc après ce grave incident (...) d'autant plus qu'ici la communauté musulmane est un exemple d’intégration" a-t-il expliqué. La Ville a décidé de mettre à disposition des musulmans la salle Albizia durant deux jours, le temps que les enquêteurs achèvent leur travail à la mosquée.

"Je condamne avec fermeté l’attaque odieuse perpétrée devant la mosquée de Bayonne. J'adresse mes pensées aux victimes" a tweeté le président de la République Emmanuel Macron dans la soirée, s'engageant à "tout mettre en oeuvre pour punir les auteurs" et "protéger les compatriotes de confession musulmane."

Émotion et indignation partagées sur Twitter par Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, qui a adressé ses pensées aux blessés et à leurs proches.

Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez, s'est rendu sur place dans la soirée.

Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement National, a elle évoqué sur le réseau social un "acte inqualifiable absolument contraire à toutes les valeurs portées par notre mouvement."

De son côté, le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a vu dans l'acte du tireur un "effet" du "harcèlement contre les musulmans", et appelé les personnalités publiques à "cesser d'encourager la haine".

Abdallah Zekri, président du CFCM, a pour sa part "condamné" auprès de l'AFP cet "acte criminel". Sur France Bleu Gironde, l'imam de Bordeaux, Tareq Oubrou, s'est dit choqué et a appelé à l'apaisement. "Le débat autour de l'islam depuis des décennies est chargé d'émotion et parfois d'irrationnel, ce qui crée une forme de tension dans la société, tout le monde à peur, y compris les musulmans, la preuve c'est qu'ils subissent une forme de violence eux également" a-t-il déploré appelant à plus de "de sérénité pour traiter cette problématique de l'islam en France. Le législateur doit penser la loi pour réconcilier les Français et non les diviser. Il faut surmonter l'irrationnel, l'émotionnel et la peur pour pouvoir engager un débat démocratique sur l'avenir de la laïcité, de notre culture française et des valeurs de la République."

Un gros dispositif policier est en place devant la mosquée de Bayonne - Radio France
Un gros dispositif policier est en place devant la mosquée de Bayonne © Radio France - Nathalie Bagdassarian
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu