Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bayonne: le maire Jean-René Etchegaray annonce la mise à disposition d'un logement pour les femmes victimes de violences

samedi 3 novembre 2018 à 16:15 Par Jennifer Biabatantou, France Bleu Pays Basque

Le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray, a annoncé ce samedi matin en conseil communautaire la mise à disposition prochaine d'un logement aux femmes victimes de violences conjugales. Une décision prise à la suite de l'arrêt du projet de création d'un logement spécifique, faute de financement.

Jean-René Etchegaray a annoncé ce samedi matin en conseil communautaire qu'il mettra disposition prochainement un logement pour les femmes battues
Jean-René Etchegaray a annoncé ce samedi matin en conseil communautaire qu'il mettra disposition prochainement un logement pour les femmes battues © Maxppp - SOLLIER Cyril

C'est en ouverture du conseil communautaire de ce samedi matin que le président de la Communauté d'agglomération Pays-basque et le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray, a annoncé qu'il mettra à disposition prochainement un logement, type F3, aux femmes victimes de violences conjugales par leur conjoint ou ex-compagnon.

Cette décision a été prise à la suite de l'arrêt du projet de création d'un logement spécifique pour accueillir ces femmes victimes. Porté par le parquet de Bayonne, il n'a pas pu aboutir faute de financement : 11 000 euros avaient été demandés au Fonds interministériel de prévention de la délinquance, finalement 3 800 euros ont été accordés. 

Face à cette situation, l'édile de la commune a estimé qu'il y eu "un désengagement de l'Etat. Le fait que ces femmes victimes de violences ne puissent pas disposer d'un logement d'urgence n'est pas acceptable. Aujourd'hui il faut travailler vite, cela relève de l'urgence humanitaire."