Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Bayonne : un meurtrier présumé de 18 ans remis en liberté pour vice de procédure

Un jeune homme de 18 ans, mis en examen pour des violences mortelles sur sa mère à Bayonne en août 2018, a été remis en liberté en raison d'un problème de procédure judiciaire.

Forces de l'ordre, voiture de police, 17
Forces de l'ordre, voiture de police, 17 © Radio France - Elena Louazon

Pays Basque, France

Le jeune homme avait 17 ans à l’époque des faits. Le 4 août 2018, Alexandre, est suspecté d’être le responsable de la mort de sa propre mère âgée de 40 ans. Le corps sans vie de Sandrine est découvert sur le sol de l'appartement qu'elle occupe près de la citadelle de Bayonne. Les enquêteurs relèvent sur la victime de nombreuses ecchymoses sur le visage ainsi que des plaies. Des indices d'une mort violente. Mais Alexandre réfute les soupçons et après une période de garde à vue il est remis en liberté. Pas assez de charges selon la Justice.

Incarcération 7 mois plus tard

En mars 2019 : rebondissement. Le jeune homme est mis en examen et incarcéré. Il lui est reproché d'avoir, le 4 août 2018, volontairement porté des coups violents au visage et au crane ayant entraîné la mort de sa maman. Lors de ses interrogatoires il va garder le silence.

Libéré pour un problème de caméra qui ne fonctionne pas

Les deux avocats d’Alexandre, Maitres Sébastien Binet et Elodie Garaffa vont alors se lancer dans une bataille de procédure et engage des actions en nullité. En effet, les différentes dépositions de leur client devant la juge d'instruction, ne vont pas être enregistrées par un dispositif de vidéo comme l'exige la loi. 

"La caméra et le matériel du tribunal de Bayonne ne fonctionnent pas" selon le rapport de la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Pau. 

Le 26 novembre la justice ordonne donc la libération d'Alexandre. Si la procédure contre lui n'est pas abandonnée, elle doit être reprise a ses débuts.

Un autre cas similaire

Cette même chambre de l'instruction a également ordonné la remise en liberté, encore pour des raisons de procédures, un homme de 26 ans impliqué dans une autre affaire criminelle. Un dossier de séquestration et d'actes de barbarie commis en août 2018 au Boucau et à Tarnos dans les Landes. Dans cette affaire 3 hommes avaient été mis en examen et écroués.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu