Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bayonne : une marche blanche pour Philippe Monguillot, le chauffeur de bus agressé

La famille de Philippe Monguillot appelle à une marche blanche ce mercredi à 19h30 à Bayonne. Au surlendemain de son agression à un arrêt de bus, le conducteur était encore en état de mort cérébrale.

Des fleurs déposées à l'arrêt de Balichon où le conducteur de bus a été agressé
Des fleurs déposées à l'arrêt de Balichon où le conducteur de bus a été agressé © Radio France - Romain Dézèque

Une marche blanche est annoncée pour ce mercredi à Bayonne en hommage à Philippe Monguillot, le conducteur de bus violemment agressé dimanche soir à bayonne. Cette marche, à l'inititiave de la famille de la victime, s'élancera à 19h30 de l'arrêt Balichon, là où s'est déroulé le drame. Le fin du parcours est prévue au Centre Hospitalier de la Côte Basque, où se trouve toujours la victime.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un premier rassemblement a eu lieu lundi soir devant l'arrêt de bus de Balichon. Des fleurs ont été déposées.

Enquête

Cinq personnes ont été interpellées : la première dimanche soir, les autres lundi. Quatre garde-à-vue ont été prolongées. La police a lancé un appel à témoins pour déterminer les circonstances exactes de l'agression.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess