Faits divers – Justice

Béarn : des détenus restaurent une ancienne prison

Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn mercredi 29 avril 2015 à 19:00

Un détenu consolide le mur de la terrasse sur le fort du Portalet
Un détenu consolide le mur de la terrasse sur le fort du Portalet © Radio France - Axelle Labbé

Depuis début mars, six prisonniers de la maison d'arrêt de Pau travaillent sur le fort du Portalet, à Urdos. Tous sont en fin de peine, et au lieu de passer leurs derniers mois de détention derrière les barreaux, ils suivent une formation de maçon, à l'extérieur de la prison. C'est la première fois qu'un chantier de ce type est mené sur une durée aussi longue.

Ils travaillent à l'air libre, dans la vallée d'Aspe, sans surveillance de l'administration pénitentiaire et ne dorment plus en prison. Depuis début mars, six prisonniers de la maison d'arrêt de Pau travaillent sur le fort du Portalet, à Urdos. Une forteresse construite en 1846, et qui abrita plusieurs prisonniers célèbres comme Léon Blum, Edouard Daladier et le maréchal Pétain. 

Ils sortiront avec un diplôme, souvent le premier de leur vie

Tous sont en fin de peine, et au lieu de passer leurs derniers mois de détention derrière les barreaux, ils suivent une formation de maçon, pour obtenir un diplôme et ainsi préparer leur sortie et leur réinsertion. C'est la première fois qu'un chantier de ce type est mené, sur une durée aussi longue ; leur formation va durer sept mois, elle se terminera en septembre. Ils sont encadrés par les Compagnons du tour de France.

Si tout se passe bien, ils ne retourneront pas en détention et partiront avec leur diplôme, délivré par le ministère du Travail, dans les mêmes conditions qu'à l'extérieur.

ENRO Détenus Portalet

Les futurs maçons sont debouts tous les matins à 7 heures, leurs journées sont bien réglées, entre le travail, la pause déjeuner et les cours du soir. Ils sont logés dans un gîte, à Sarrance, et ne dorment donc plus à la maison d'arrêt. "On a chacun sa chambre , raconte Fred, le soir je rentre, je joue à la console, j'appelle ma famille, mes enfants. " Ils ont donc accès au téléphone, interdit en prison, et bénéficient d'une heure de permission de sortie par jour. "Mais on n'a pas le droit d'entrer dans les débits de boisson , ajoute Fred, ni de boire de l'alcool. Je trouve ça normal.

SON Détenus Portalet

Les détenus sont donc presque libres, mais il y a toujours quelqu'un avec eux. Un gardien de l'administration pénitentiaire assure la surveillance de nuit. 

Une question de confiance

Les six détenus qui participent à cette formation ont été triés sur le volet, leur réinsertion devrait être beaucoup plus facile une fois leur peine purgée. "Toutes les études sur la prévention de la récidive montrent bien que les chances sont multipliées quand on a réussi à préparer la sortie , avec toujours un contrôle, mais à l'extérieur des murs " explique Sophie Bleuet, la directrice des services pénitentiaires. 

Tous veulent continuer à travailler dans le bâtiment. Et assurent qu'ils ne retourneront pas en prison.