Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Béarn : le chasseur qui avait tué un chien a été relaxé

mardi 11 septembre 2018 à 14:59 Par Najat Essadouki et Daniel Corsand, France Bleu Béarn et France Bleu

Le chasseur de 86 ans avait tué un bull-terrier de deux coups de fusil. Le tribunal a estimé, ce mardi, qu’il avait agi en état de légitime défense pour défendre son propre chien.

Henri  le chasseur de 86 ans, au côté de son avocat Me Pardo
Henri le chasseur de 86 ans, au côté de son avocat Me Pardo © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Un vieux chasseur de 86 ans ans a été relaxé par le tribunal correctionnel de Pau ce mardi. Il comparaissait pour avoir tué le chien d'un promeneur lors d'une partie de chasse le 26 septembre 2016 à Sendets. Henri a abattu ce chien de deux coups de fusil de chasse. Le tribunal a retenu la légitime défense.

Le propriétaire du chien victime a également porté plainte pour des menaces, qui n'ont pas non plus été retenues par le tribunal. Henri a donc été blanchi. Le tribunal l'a cru quand il a expliqué qu'il a tué ce chien parce qu'il était agressif. Le chasseur a expliqué avoir voulu défendre son propre chien qui a été attaqué. Black, le Bull Terrier était en train de mordre Echo, le chien d'Henri. 

Abattu de deux coups de fusil

Devant le tribunal, le chasseur a expliqué avoir agi par légitime défense pour défendre son chien. "Je sortais d'un maïs. Le chien a déboulé à fond les manettes, il a chopé mon chien et l'a balancé à 3 mètres. J'ai dit "ah il est mort" et là j'avais le fusil ... pam et pam. Voilà comment ça s'est passé." Le chasseur a tiré deux fois avec son fusil de chasse. 

"Ce n'était pas un moineau !"

"Le tribunal m'a dit que j'aurais dû tirer en l'air. _Mais ce n'était pas un moineau c'est un chien qui avait mordu déjà plusieurs autres chiens_", a expliqué le chasseur, soulagé d'avoir été relaxé. Pas de dommages et intérêts non plus pour les deux associations de défense des animaux qui s'étaient constituées parties civiles dans cette affaire.