Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Béarn : le combat de Jean contre les radars fixes et sans vandalisme

dimanche 30 décembre 2018 à 19:06 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Jean, 46 ans, va comparaître le 6 février au tribunal de Pau pour avoir obstrué trois radars en Béarn dans la nuit du 15 septembre dernier. Il est contre la limitation à 80 kilomètres heures, mais veut agir sans vandalisme.

Gendarmerie - illustration
Gendarmerie - illustration © Radio France - Manon Derdevet

Castétis, France

Jean a 46 ans. Il vit à Viellenave de Navarrenx en Béarn. Il y a un mois, il a été convoqué et poursuivi pour entrave au fonctionnement d'un appareil de mesure, en l'occurrence un radar fixe. Jean, avec d'autres, militent depuis plusieurs mois contre la limitation à 80 kilomètres heure. Mais lui, il s'est fait prendre.

Le radar de Castétis, "obstrué" par Jean - Aucun(e)
Le radar de Castétis, "obstrué" par Jean - DR

Le 15 septembre dernier, il a scotché sur les objectifs de trois radars, une feuille A4, sur laquelle il demande un référendum sur cet abaissement de la vitesse autorisée. Dans la nuit il a donc masqué les radars de Castétis, Baigt de Béarn et Saint Boes. Mais il a donc été confondu par l'enquête des gendarmes d'Orthez, et il va devoir comparaître le 6 février selon la procédure du plaider coupable. Jean assume son geste, qui n'est pas du vandalisme, puisque son intervention n’abîme pas les machines.      

Jean va faire l'objet d'une procédure en reconnaissance préalable de culpabilité, le plaider coupable. Il va comparaître le 6 février.