Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Beaugency: 2 vendeurs de voiture devant la justice pour avoir trafiqué des compteurs

jeudi 6 septembre 2018 à 20:18 Par Patricia Pourrez, France Bleu Orléans

Les 2 gérants de la société balgencienne Premium Auto 45 étaient jugés ce jeudi devant le Tribunal Correctionnel d'Orléans. Ils sont soupçonnés d'avoir trafiqué des compteurs sur des voitures d'occasion. Plus de 60 clients ont été lésés.

Les gérants de Premium Auto nient avoir trafiqué des compteurs
Les gérants de Premium Auto nient avoir trafiqué des compteurs © Maxppp - Frédéric Lecoq

Orléans, France

C'est le genre d'affaire que l'on ne voit pas souvent devant le Tribunal Correctionnel d'Orléans. Les 2 gérants de la société, Premium Auto, à Beaugency, étaient jugés ce jeudi pour une vaste escroquerie aux compteurs kilométriques. Leur entreprise, spécialisée dans l'achat et la revente de voitures d'occasion, a commencé ses activités fin 2014. L'affaire marchait plutôt bien jusqu'en 2015 et les premières plaintes de clients arrivées sur le bureau du Procureur de la République. 

Des différences de kilométrages de 1.000 à + de 100.000 Km 

Souvent le scénario était le même : une voiture achetée à Premium Auto, à un prix très avantageux , tombe en panne. Son propriétaire découvre alors, via un nouveau garagiste, qu'elle a beaucoup plus de kilomètres que ce qui ce qui est affiché au compteur. Des différences qui parfois dépassent les 100.000 km. " J'avais acheté une C5 Blanche, j'étais très contente et en partant en cure, j'ai eu une grosse panne" raconte Catherine Viénot, une orléanaise, victime du garage. " C'est le garagiste concessionnaire Citroën qui a découvert l'arnaque. Je suis revenue à Beaugency et ils ont accepté, sans histoire, de me racheter la voiture mais à condition que je ne porte pas plainte". 

Témoignage d'une orléanaise victime de l'escroquerie

A la barre du tribunal, les 2 gérants, qui sont aussi beaux- frères, nient farouchement avoir touché aux compteurs. " Ca peut très bien avoir été fait avant ou après nous" explique l'un des 2 patrons. " On n'a pas les mêmes outils que les concessionnaires pour contrôler les voitures et leur kilométrage". Pour leur avocat, Maitre Jean Christophe Silva, l'infraction n'est pas constituée car " il n'y a ni l'intention ni la preuve de ces escroqueries dans ce dossier". Il regrette d'ailleurs qu'un juge d'instruction n'ait pas été saisi dans cette affaire pour pousser un peu plus les investigations techniques sur les voitures incriminées. 

Les arguments de l'avocat des prévénus, Maitre Silva

Pas de coïencidence pour la Procureure de la République 

L'enquête menée par les gendarmes a permis d'établir que les 2 gérants avaient acquis 756 voitures entre fin 2014 et début 2016. Après expertises et vérifications, il apparait que 60 de ces voitures présentent des baisses de kilométrages importantes. " Ca ne peut quand même pas être une coïencidence" selon la Procureure. Pour elle, il y a bien eu "volonté de tricher" et le contexte général ne plaide pas en faveur des 2 gérants. Ils sont aussi poursuivis pour non déclaration de salariés, fraude à la TVA,  fraude aux impôts. Pour toutes ces infractions, la Procureure réclame 6 mois de prison avec sursis et 5.000 euros d'amende pour l'un des 2 gérants. Pour l'autre, qui avait déjà été condamné pour une escroquerie en 2016,  elle demande 180 jours d'amende à 500 euros soit 90.000 euros ( et non pas 900.000 comme annoncé par erreur) . La Procureure demande également l'interdiction pour les 2 de gérer une société pendant 4 ans. Le jugement a été mis en délibéré au 13 novembre.