Faits divers – Justice

Isère : le directeur de l'école suspendu et mis en examen pour violences sur mineurs et agressions sexuelles

Par Véronique Saviuc et Denis Souilla, France Bleu Isère et France Bleu mercredi 30 novembre 2016 à 11:49 Mis à jour le mercredi 30 novembre 2016 à 11:59

L'école maternelle et élémentaire de Beaulieu compte 73 élèves.
L'école maternelle et élémentaire de Beaulieu compte 73 élèves. - © Google Streetview

Le directeur de l'école primaire de Beaulieu (Isère) est mis en cause par trois anciennes élèves âgées d'une dizaine d'années pour des attouchements sexuels. Il est aussi suspecté de comportement violent et humiliant avec les enfants. L'enseignant en poste depuis 2007 a été mis examen et suspendu.

Le directeur de l'école primaire de Beaulieu, un petit village situé dans la région de Vinay à une quarantaine de kilomètres de Grenoble (Isère), a été mis en examen mardi pour "violences sans incapacité totale de travail par personne chargée d'une mission de service public" et "agressions sexuelles sur mineurs de moins 15 ans". Il a été laissé en liberté. L'enseignant âgé de 50 ans est également suspendu de ses fonctions par l'Inspection académique.

Des comportements humiliants

En poste depuis 2007 dans la commune, il est soupçonné d'avoir agressé sexuellement trois fillettes âgées d'une dizaine d'années qui ont rapporté les faits au personnel de l'école. L'enseignant est également suspecté d'avoir eu des comportements violents et humiliants envers les enfants. Le Parquet de Grenoble évoque "des prénoms humiliants, des coups de pied aux fesses et des tapes sur la tête".

Il nie les caresses mais reconnaît les violences

Le directeur de l'école, qui n'a pas d'antécédents, a été interpellé lundi et placé en garde à vue. Pendant son interrogatoire, il a nié les caresses mais avoué les violences sur ses élèves. Jean-Yves Coquillat, procureur de la République, se montre prudent. Il ne veut pas remettre en cause la parole des enfants mais s'étonne que les faits aient pu être commis en public dans la cour de récréation. Le procureur envisage même l'hypothèse d'une vengeance contre l'enseignant.

Les perquisitions au domicile du directeur et l'exploration de son ordinateur n'ont rien donné. Aucun document pédopornographique n’a été retrouvé chez lui ni dans son bureau à l'école. Les fillettes font état d'autres victimes potentielles qui n'ont pas encore entendues.

Beaulieu, en Isère - Radio France
Beaulieu, en Isère © Radio France - Denis Souille

Partager sur :