Faits divers – Justice

Bébé asphyxié avec un sac poubelle : deux ans de prison ferme pour la jeune mère

Par Eric Normand et Patricia Pourrez, France Bleu Orléans et France Bleu jeudi 10 novembre 2016 à 17:31

La maman n'a pas assisté à son procès
La maman n'a pas assisté à son procès © Radio France - Stéphane Barbereau

Une habitante de Saint-Jean-de-Braye a été condamnée, ce jeudi, à deux ans de prison ferme. Le tribunal correctionnel d'Orléans l'a reconnue coupable de l'homicide involontaire de son bébé de trois mois. Le nourrisson est mort asphyxié.

Une jeune femme de 27 ans, habitant Saint Jean de Braye, a été condamnée ce jeudi au tribunal correctionnel d'Orléans, à 2 ans de prison pour homicide involontaire. En 2012, son bébé de 3 mois a été retrouvé mort dans son lit, étouffé sous un sac poubelle. La maman, qui n'était pas à l'audience, a toujours parlé de " négligences." Mais, le dossier présente d'autres éléments troublants.

Le bébé est retrouvé mort dans son berceau

Le 20 aout 2012, le petit Galiano, a été retrouvé mort dans son berceau. Son visage était recouvert d'un sac poubelle. En garde à vue, la mère explique que la veille au soir, elle a fait du ménage dans la chambre de l'enfant. Elle aurait par inadvertance laissé le paquet de sacs-poubelle dans le lit. L'autopsie confirme que le petit est mort étouffé.

Un contexte familial lourd

Vu le contexte familial et social de cette famille, les enquêteurs s'interrogent. La mère est accro à la cocaïne et le beau père boit. "La façon dont elle s'occupait du bébé ça m'inquiétait " vient dire la grand-mère devant le tribunal. "Elle s'en fichait un peu. Même aujourd'hui, elle ne va pas au cimetière." Déjà un mois avant sa mort, Galiano avait été admis aux urgences avec un traumatisme crânien qui n'a jamais été expliqué.

Les médecins légistes se posent des questions

Les médecins légistes ont surtout tenté de comprendre comment un bébé si petit a pu agripper un sac poubelle et le mettre sur lui. "C'est impossible" dit un expert. Seulement , la justice n' a pas pu prouvé l'intervention d'un tiers. La mère est donc seulement poursuivie pour homicide involontaire. "Tout ça laisse très mal à l'aise" dit la Procureure. Elle s'étonne que cette mère ne vienne même pas au procès. La magistrate réclame 3 ans de prison ferme, la peine maximale. Le tribunal l'a finalement condamnée à 2 ans.