Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bébé secoué à Bayonne : la nounou mise en examen pour violences aggravées

-
Par , France Bleu Pays Basque

Une nourrice mise en examen ce jeudi pour violences aggravées. Elle est poursuivie pour des faits qui auraient été commis sur une petite fille de cinq mois dont elle avait la garde en avril dernier à Bayonne ; l’assistance maternelle nie les violences qui lui sont reprochées.

La petite fille avait été hospitalisée
La petite fille avait été hospitalisée © Maxppp - Marc Ollivier/Ouest-France

Une femme d'une quarantaine d'années a été mise en examen jeudi 17 décembre pour "violences aggravées" et placée sous contrôle judiciaire conformément aux réquisitions du parquet. La petite fille de cinq mois, dont elle avait la garde à Bayonne, souffre du syndrome du bébé secoué mais ses jours ne sont pas en danger. Ce syndrome désigne un traumatisme crânien non accidentel, entraînant des lésions du cerveau. Il survient lorsque l'on secoue violemment un bébé ou un jeune enfant. 

Violences aggravées

Les parents ont été alertés par des vomissements de l'enfant. C’est grâce à un examen à l'hôpital que le syndrome a été diagnostiqué. Le couple a alors porté plainte, et après un placement en garde à vue au commissariat de police, l'assistante maternelle a été déférée au parquet de Bayonne ce jeudi. Une information judiciaire pour "violences aggravées" est ouverte à son encontre et ses agréments ont été suspendus. 

La nourrice nie les faits de violences

Selon nos informations, l'assistante maternelle nie les faits de violence et explique qu'elle est tombée par terre alors qu'elle tenait l'enfant dans ses bras. D'où les blessures de la petite fille. C’est désormais au juge d'instruction de mener les investigations. On ignore si l'enfant aura des séquelles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess