Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bébé secoué à Nantes : la nourrice condamnée

lundi 4 décembre 2017 à 21:15 Par Audrey Dumain, France Bleu Loire Océan et France Bleu

A Nantes, une ancienne assistante maternelle, accusée d'avoir maltraité un nourrisson de six mois, écope de trois ans de prison avec sursis et de mise à l'épreuve.

L'ancienne assistante maternelle a dix jours pour faire appel.
L'ancienne assistante maternelle a dix jours pour faire appel. © Radio France - Pascale Boucherie

Nantes, France

Les faits remontent au 13 octobre 2016. Ce jour-là, l'enfant présente tous les symptômes du syndrome du bébé secoué. Au départ, c'est pourtant sa nourrice qui prévient les secours. Le petit Gaspard est chez elle, il vient de vomir et il ne répond plus du regard. A leur arrivée, les pompiers remarquent vite des marques rouges sur ses bras.

Des séquelles à vie

Le diagnostic des médecins est très clair : l'enfant souffre d'hématomes internes au crane, pas de lésion externe. Le petit n'a pas pu se faire ça en tombant. C'est le syndrome du bébé secoué.

Selon les experts, cela n'a pu se produire que quelques heures plus tôt, chez la nourrice, où elle est seule à s'occuper du nourrisson. Pourtant cette ancienne assistante maternelle nie tout. Elle assure même que jamais elle ne pourrait secouer un enfant pour calmer ses pleurs : "Je suis d'une nature très patiente."

Le petit Gaspard, 20 mois aujourd'hui, marche correctement mais il a du retard pour parler et ses parents se disent sans arrêt inquiets. Déficience intellectuel, mauvais équilibre : les séquelles de ces violences peuvent survenir bien plus tard. Il faudra attendre une quinzaine d'années, le temps que l'enfant se développe, pour assurer qu'il en est sorti indemne.