Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - "Bébé secoué" aux Assises d'Ille-et-Vilaine : la nourrice condamnée à sept ans de prison

Les Assises d'Ille-et-Vilaine ont condamné l'ancienne nourrice jugée depuis mardi 28 janvier à Rennes (Ille-et-Vilaine) à sept ans de prison. Elle était accusée d'avoir secoué un bébé de quatre mois en avril 2014. Depuis, la petite fille est lourdement handicapée.

Cour d'Assises de l'Ille-et-Vilaine à Rennes.
Cour d'Assises de l'Ille-et-Vilaine à Rennes. © Radio France - Céline Guetaz

Le verdict est tombé. Ce vendredi 31 janvier, les jurés de la Cour d'Assises d'Ille-et-Vilaine ont condamné Sylvie M. , 63 ans, à une peine de sept ans de prison. L'ancienne assistante maternelle de Guipry-Messac sera également inscrite au fichier des délinquants sexuels et violents.  Elle a été incarcérée à l'issue de du procès. Sylvie M. était jugée depuis le mardi 28 janvier, accusée d'avoir secoué un bébé de quatre mois en avril 2014. Depuis, Jeanne est lourdement handicapée.

Pendant trois jours, les experts médicaux se sont succédé devant la Cour pour apporter leur éclairage sur les faits. D'après eux, la petite fille a été victime du syndrome du "bébé secoué". Quatre de ces médecins ont même été catégoriques : les faits se sont produits dans la journée du 28 avril 2014, lorsque le bébé se trouvait chez sa nourrice. "C'est un verdict qui ne satisfait personne. Personne ne souhaitait cette condamnation de sept ans. Mes clients voulaient surtout une réponse," a déclaré Natacha Bernard a l'issue du procès.

Pourtant, l'accusée a toujours nié son implication. Pour son avocat, maître Verdier, rien ne permet de garantir que les violences ont été causées par sa cliente. Il s'est appuyé sur d'autres rapports médicaux pour expliquer les lésions de la petite fille. Il a décidé de faire appel. "Nous allons continuer à nous battre. Nous battre contre ces avis médicaux qui condamnent des personnes. On est lié par un débat médical et on aboutit à une erreur judiciaire !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu