Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bébé secoué : "Une victoire", estime la mère du petit Maël après la condamnation de son ex-compagnon à 12 ans de prison

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Un père de famille a été reconnu coupable de violences volontaires sur son bébé de 5 mois. Les faits remontent au mois de mars 2017 dans le village de Cuillé. Il a été condamné, mercredi 15 mai, à 12 ans de prison par la Cour d'Assises de la Mayenne.

Illustration salle d'audience
Illustration salle d'audience © Radio France - Isabelle rivière

Cuillé, France

12 ans de prison pour un père de famille, reconnu coupable de violences volontaires sur son bébé. Cet homme de 44 ans était jugé par la Cour d'Assises de la Mayenne. Les débats ont duré deux jours. Le verdict est tombé hier en fin d'après-midi, un peu plus de deux ans après les faits dans le village de Cuillé. La fin d'un long calvaire judiciaire pour une famille.

Une famille qui fait face à l'horreur, qui fait face à l'homme qui lui a enlevé une part d'elle-même. Ils sont là, à patienter de longues heures dans la salle d'audience. Ils entourent une maman anéantie par le chagrin. Ils sont là, ils attendent le retour des jurés. L'avocate générale veut 12 ans, trop de zones d'ombre dans le récit de l'accusé. La défense réclame un peu de compassion pour un père déjà au bord du gouffre, un père qui aurait agi sous l'effet de la panique cette nuit-là.

Des lésions irréversibles après de violents secouements

La nuit du 20 au 21 mars 2017. Lui affirme avoir secoué l'enfant parce qu'il le croit en mauvaise santé, pour le réveiller en quelque sorte. L'autopsie démontera cette version. Le petit Maël, 5 mois, a succombé car violenté, brutalisé. La Cour d'Assises suit les réquisitions, 12 ans.

La maman du bébé, les larmes aux yeux : "ça ne fera pas revenir mon petit mais c'est une victoire". Le père de famille reste de marbre dans le box des accusés. Le pardon, qu'il a formulé à la fin des débats, n'aura eu aucun effet. Il ne fera probablement pas appel.