Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bébé secoué : la douloureuse et lente reconstruction d'une famille brisée

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Un jeune homme de 24 ans a été condamné, vendredi 4 décembre, à 8 ans de prison par la cour d'assises de la Mayenne. Il a été reconnu coupable de violences volontaires sur un bébé âgé de 4 mois. Les faits remontent au mois de décembre 2015. C'est le destin de toute une famille qui a été brisé.

Cour d'Assises - Illustration
Cour d'Assises - Illustration © Radio France - Paul Nicolaï

Se reconstruire mais à quel prix ? Le nourrisson qui, à l'époque, a passé 10 jours dans le coma, a survécu, mais à quel prix ? La vie de la maman est bouleversée, loin de son enfant chéri, soigné à Tours, dans un centre spécialisé pour handicapés lourds. La fillette, elle, ne connaîtra pas, ne connaîtra jamais les plaisirs que chacun d'entre nous connaît. 

Une fillette détruite a dit l'avocate des parties civiles. Elle ne marche pas, elle ne parle pas, elle est aveugle, elle ne peut pas manger toute seule au risque de s'étouffer. A la barre, à la fin de la 1ère journée des débats, sa mère était dévastée, avait utilisé un mot terrible pour décrire l'état dans lequel sa petite se trouve 5 ans après les faits : "un légume"

Cela fait des mois qu'elle ne l'a pas vue, pas embrassée, pas touchée. Et elle sait qu'elle ne pourra plus jamais s'en occuper. Ses deux autres enfants seront sa bouée, son oxygène. 

Il y a de la douleur, de la souffrance pour toujours. "Elle sera toujours prisonnière de son corps" a déclaré l'avocate générale au cours de ses réquisitions

Le jeune homme, lui, a traversé les débats comme s'il n'avait jamais eu conscience de la gravité de son comportement, de la nonchalance coupable pour la cour. Un moment de panique, ce matin du mois de décembre 2015, après un malaise du bébé, c'est ce qu'il a expliqué d'une manière confuse la plupart du temps. Sa version, sa vérité démentie par tous les rapports médicaux, vu les lésions neurologiques irréversibles. 

Il regrette, demande pardon, avoue avoir mal agi. Après le drame, il a refait sa vie avec une autre femme, il est papa, essayant de passer à autre chose. Cette autre chose, la petite fille, elle, ne saura jamais ce que cela veut dire. Cette autre chose, pour la maman et la famille de l'enfant, il aura toujours un goût amer. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess