Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bébé secoué : un père de famille condamné à 12 ans de prison par la cour d'assises de la Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Après 3h30 de délibération, le verdict est tombé. Un père de famille mayennais a été condamné jeudi pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Son fils Maël, 5 mois, avait succombé au syndrome du bébé secoué en mars 2017.

Justice illustration
Justice illustration © Radio France

Cuillé, France

C'est la fin d'un long calvaire judiciaire pour toute une famille de Cuillé, une petite commune de la Mayenne. Les jurés de la cour d'assises ont donc condamné un homme de 44 ans, le père du petit Maël, à 12 ans de prison, suivant les réquisitions du ministère public. Son avocat a précisé qu'il n'envisageait pas de faire appel.

Juste avant la fin des débats, qui ont duré deux jours au Palais de Justice de Laval, le père de famille avait pris la parole pour demander pardon.

En mars 2017, le petit Maël, âgé de 5 mois, avait succombé au syndrome du bébé secoué. L'autopsie avait révélé des lésions au niveau du cerveau et des ecchymoses sur le visage. Son père a reconnu les violences mais n'a pas réussi à expliquer à la Cour les raisons de son comportement et de ses actes qui ont conduit au drame dans la nuit du 20 au 21 mars de cette année-là. Il a affirmé qu'il n'avait pas voulu lui faire du mal. Il aurait donc agi sous l'effet de la panique voyant son fils ne pas répondre à ses sollicitations. 

L'avocate générale et l'avocat des parties civiles n'ont pas cru à cette version estimant que l'accusé tentait de minimiser ses responsabilités et notant d'importantes zones floues dans le récit de sa fuite avec l'enfant après une dispute avec sa femme au domicile de Cuillé.