Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bébé torturé en Charente : la mère condamnée à 12 ans de prison

vendredi 4 novembre 2016 à 16:04 Par Typhaine Morin et Pierre Marsat, France Bleu La Rochelle et France Bleu

La jeune mère accusée d'avoir secoué, frappé, mordu et brûlé son bébé de 3 mois en mars 2014 a été condamnée ce vendredi par la cour d'assises de la Charente à 12 ans de prison. Un peu plus tôt, l'avocat général avait requis 15 ans de prison.

La mère, âgée de 22 ans, était jugé pour actes de barbarie contre son bébé de 3 mois
La mère, âgée de 22 ans, était jugé pour actes de barbarie contre son bébé de 3 mois © AFP -

Angoulême, France

Après quatre heures de délibérations, Amandine, âgée de 22 ans aujourd'hui, a été condamnée ce vendredi par la cour d'assises de Charente à 12 ans de réclusion criminelle avec un suivi judiciaire pendant 5 ans, injonction de soins psychiatriques ou psychologiques et obligation de travail ou d'une formation qualifiante, au risque de voir sa peine alourdie de 3 ans. La jeune mère s'est également vu retirer l'autorité parentale sur sa fille âgée de 2 ans et demi.

Dénuée de sentiment pour sa fille

La jeune femme comparaissait pour avoir, en mars 2014, secoué, frappé, mordu et brûlé son bébé alors âgé de 3 mois. Un peu plus tôt, ce jeudi, l'avocat général avait requis 15 ans de prison. La défense a de son côté tenté de demander aux jurés de faire preuve de compassion et d'empathie à l'égard de la jeune femme, qui a un passé difficile. Père alcoolique, violent, une mère qui ne l'a jamais prise dans ses bras. Son père a violé sa soeur aînée, elle-même a été agressée sexuellement par la compagnon de sa mère, puis placée en foyer à l'âge de 15 ans.

Au cours de l'audience, les avocats de la jeune femme ont expliqué qu'Amandine n'avait pas eu d'entourage affectif et qu'elle souffrait d'un sentiment d'abandon. Mais elle est apparue dénuée d'affect, sans sentiment pour sa fille et n'a manifesté aucun désir de revoir sa fille. Juste avant que les jurés ne partent pour délibérer, la jeune femme a finalement fendu l'armure. En larmes, elle s'est effondrée sur son siège, demandant "pardon à [sa] fille".