Faits divers – Justice

Bébé torturé en Charente : la mère ne manifeste aucun désir de revoir sa fille

Par Typhaine Morin et Pierre Marsat, France Bleu La Rochelle et France Bleu mercredi 2 novembre 2016 à 17:58 Mis à jour le mercredi 2 novembre 2016 à 18:10

La mère de Lilou n'apporte pas d'explication à la cour d'assises de la Charente
La mère de Lilou n'apporte pas d'explication à la cour d'assises de la Charente © AFP - GUY Christian

La première journée du procès de cette mère qui a frappé, mordu et brûlé son bébé de 3 mois n'a pas permis d'en savoir plus sur cette nuit de mars 2014. A la cour d'assises d'Angoulême, l'accusée a reconnu du bout des lèvres avoir apposé du détergent sur le visage de l'enfant, sans s'expliquer.

"Il faut nous expliquer", a insisté ce mercredi le président de la cour d'assises de la Charente, lors du premier jour du procès d'Amandine, cette mère de 22 ans jugée pour actes de torture et de barbarie sur sa petite fille alors âgée de 3 mois, Lilou. Mais l'accusée, quand elle accepte de répondre aux questions, se contredit en permanence. Et plus les débats avancent, plus les zones d'ombre s'intensifient. A la barre, l'officier de gendarmerie qui a procédé aux auditions lors de la garde à vue de la jeune femme, fait part de son impuissance : "Je ne sais toujours pas ce qu'il s'est passé."

Lors de cette première journée de procès, l'accusée a reconnu du bout des lèvres avoir brûlé le visage de son bébé avec du détergent et l'avoir mordu à plusieurs reprises, mais sans s'expliquer. Les photos visionnées à l'audience sont insoutenables. La jeune femme est jugée pour avoir, dans la nuit du 20 au 21 mars 2014 à Ruffec, secoué, frappé, mordu et brûlé son bébé qui, à 2 ans et demi aujourd'hui, en porte toujours les traces.

Jalousie, violence et sentiment d'abandon

La cour s'est intéressée ce mercredi à la personnalité de la jeune femme. Mais là non plus, le flou n'est pas levé. L'accusée se contredit, refuse parfois de répondre. Ce qui est le plus fiable, c'est le rapport de l'enquête de personnalité très circonstanciée. Son père, alcoolique et violent, a été condamné pour le viol de sa soeur aînée, et aurait tenté de noyer Amandine dans la baignoire quand elle était bébé. Elle a subi des agressions sexuelles de la part du compagnon de sa mère.

Elle se reconnaît jalouse et violente, et fait état d'un sentiment d'abandon. Elle ne souhaitait pas être mère si jeune, et ne manifeste aucun désir de revoir sa fille, de la retrouver. Le verdict est attendu ce vendredi.