Faits divers – Justice

Bébés congelés en Gironde : une enquête "lourde et délicate"

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde vendredi 20 mars 2015 à 21:31

Louchats, vendredi 20 mars 2015 - La maison où s'est déroulé le drame.
Louchats, vendredi 20 mars 2015 - La maison où s'est déroulé le drame. © Radio France / Xavier Ridon

Le parquet de Bordeaux a fait le premier point sur l'enquête ce vendredi soir après la découverte de cinq bébés morts dans un pavillon de Louchats dans le sud de la Gironde. La première autopsie ne permet pas d'affirmer s'il s'agit d'un infanticide.

Spontanément, l'affaire de Louchats renvoie à l'affaire Courjault. En 2006, Jean-Louis Courjault, un ingénieur expatrié à Séoul, découvre les corps sans vie de deux nouveau-nés dans son congélateur. Sa femme, écrouée à Tours, avait ensuite avoué un autre infanticide commis en 1999 en Charente-Maritime. Elle a été condamnée à huit ans d'emprisonnement en 2009 et elle a été libérée en 2010. Cette affaire avait révélé au grand public un tabou, le déni de grossesse. 

Une autre affaire du même type s'est déroulée en 2010 à Villers-au-Tertre dans le Nord. Huit bébés ont été tués par leur mère Dominique Cottrez. Elle affirme avoir agi persuadée que ses enfants étaient nés d'un inceste dont elle a été la victime. Elle attend en liberté d'être rejugée. La Cour de cassation a annulé son renvoi devant une cour d'assises.

Alors, s'agit-il d'un infanticide ? Dans le cas de Louchats, la question pour le moment reste en suspens.

► Le rappel des faits : cinq bébés morts découverts à Louchats

La première autopsie a été réalisée

Le corps du premier bébé découvert a été autopsié aujourd'hui à Bordeaux. Il s'agit du nourrisson découvert jeudi matin par son père dans un sac isotherme. Cet ouvrier agricole de 40 ans avait immédiatement donné l'alerte. Selon le procureur de la République adjoint de Bordeaux Anne Kayanakis, "le bébé de sexe masculin est né viable". Mais il reste des incertitudes . "On ne peut pas dire encore si c'était une naissance à terme, et des analyses devront préciser s'il a vécu après l'accouchement" qui s'est produit mardi soir. 

"Il faut des investigations complémentaires pour savoir s'il a respiré après l'accouchement, ce qui peut avoir des conséquences sur la qualification des faits." — Anne Kayanakis, procureur de la République adjoint de Bordeaux

Les autopsies des quatre autres nouveau-nés, retrouvés hier en fin d'après-midi dans un congélateur du pavillon familial, seront réalisées ce samedi. Des examens qui pourraient permettre de comprendre si les bébés étaient mort-nés et ont été dissimulés ou s'il s'agit d'infanticides multiples. Ils doivent également permettre de vérifier la filiation exacte des enfants.

La mère dans un centre psychatrique, le père reste en garde à vue.

La mère, suspectée d'être à l'origine des décès, a été transférée vers l'hôpital psychiatrique Charles Perrens à Bordeaux. Sa garde à vue, incompatible avec son état de santé, a été levée. 

► A Louchats, le village est sous le choc : le reportage de Xavier Ridon

Le père, lui, reste en garde à vue, jusqu'à ce samedi matin. Selon le parquet de Bordeaux, il a "fait état de sa surprise" et "il a manifesté un certain abattement". Mais les enquêteurs ne savent pas encore s'il était au courant du dernier accouchement et de la présence des cadavres des quatre autres bébés dans le congélateur. "Pour l'instant, rien n'est établi" affirme Anne Kayanakis. Une information judiciaire sera ouverte ce samedi.