Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Féminicide à Beire-le-Châtel : il tue sa compagne d'une quinzaine de coups de couteau et se jette d'un pont

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

On en sait un peu plus au sujet de l'homme qui a tué sa compagne à Beire-le-Châtel (Côte-d'Or) vendredi, au domicile de celle-ci. Elle a reçu une quinzaine de coups de couteau. Le meurtrier présumé avait déjà été condamné pour des faits de violences conjugales sur une autre femme, son ex-épouse.

Le drame s'est déroulé au domicile de la victime à Beire-le-Châtel en Côte-d'Or vendredi 9 avril 2021 au soir (photo d'illustration)
Le drame s'est déroulé au domicile de la victime à Beire-le-Châtel en Côte-d'Or vendredi 9 avril 2021 au soir (photo d'illustration) © Radio France - Pascale Danyel

Dans un communiqué envoyé à la presse ce lundi, après les révélations de France Bleu Bourgogne, le procureur de la République de Dijon, Éric Mathais donne des précisions sur le meurtre de cette femme de 46 ans par son conjoint.

Meurtre à Beire-le-Châtel

Vendredi 9 avril 2021 à 21h30, une femme a averti la gendarmerie que son ancien époux venait sans doute de commettre un meurtre au domicile de sa nouvelle compagne, à Beire-le-Châtel, au nord de Dijon (Côte-d'Or). 

"J'ai fait une connerie"

Après les faits, en effet, cet homme, âgé de 46 ans, s'est rendu chez son ex-femme en lui expliquant qu'il avait fait "une connerie". Il lui  a par ailleurs indiqué qu’il allait mettre fin à ses jours. Cette dernière a donc donné l’alerte auprès des services de la gendarmerie. 

Enquête ouverte pour "meurtre aggravé"

Sur place, poursuit le communiqué, "les gendarmes [ont trouvé] le corps sans vie d’une femme de 46 ans". Une enquête de flagrance du chef de meurtre aggravé a donc été ouverte et confiée par le parquet de Dijon à la brigade des recherches de la compagnie de gendarmerie d’Is-sur-Tille, "avec l’appui de la brigade des recherches de la compagnie de gendarmerie de Beaune et de la section de recherches de gendarmerie de Dijon". 

Le corps du présumé meurtrier retrouvé au pied d'un viaduc autoroutier

Immédiatement après l'alerte, cet homme a été "très activement recherché". Son véhicule a été retrouvé au bord de l’autoroute A6 près de Pouilly-en-Auxois et son corps découvert peu après, au pied d’un viaduc de l’autoroute, "d’où il venait manifestement de se jeter". 

Une quinzaine de plaies à l'arme blanches 

L'autopsie réalisée sur la victime dimanche 11 avril 2021 relevait "une quinzaine de plaies causées par deux armes blanches distinctes, de type couteaux, au niveau du thorax et du cou de la victime". Selon le parquet, les armes seraient deux couteaux, "de type couteaux de cuisine découverts ensanglantés sur le lieu du drame". 

Déjà connu pour des faits de violences conjugales

La victime n'avait visiblement jamais porté plainte contre son compagnon pour des violences. En revanche, "l'auteur présumé des faits a déjà été condamné par la justice le 3 juillet 2017, à une peine de jours-amende pour des faits de violences conjugales sur son ex épouse", précise le procureur de la République.

Des vols et des fouilles archéologiques sans autorisation

Cet homme était aussi défavorablement connu des services de justice pour d'autres faits, explique encore Éric Mathais. Le 13 mars 2019, il avait été condamné "à une peine d’amende avec sursis pour des faits d’exécution de fouilles archéologiques sans autorisation". Il avait par ailleurs été "convoqué devant le tribunal correctionnel de Dijon le 9 septembre 2021 pour des faits de vol".  

Détention illégale d'armes de collection 

Une "composition pénale était en cours à son encontre pour des faits de détention irrégulière d’armes de collection", c'est-à-dire que le parquet devait lui proposer une sanction permettant d'éviter un procès. Malgré la mort de cet homme "l’enquête se poursuit pour déterminer les circonstances exactes du crime" toujours inconnues à l'heure actuelle.

Plusieurs numéros existent pour venir en aide aux femmes victimes de violences conjugales
Plusieurs numéros existent pour venir en aide aux femmes victimes de violences conjugales © Radio France
Choix de la station

À venir dansDanssecondess