Faits divers – Justice

Belfort: le blues du syndicat liste CGT

Par Rebecca Gil et Simon Chrétien, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon mercredi 23 septembre 2015 à 7:00

Un militant CGT
Un militant CGT © Max PPP - Xavier de Torres

La CGT se mobilise dans le Territoire de Belfort aujourd'hui pour rappeler son rôle, et montrer qu'elle est toujours présente dans les entreprises. Au programme: distribution de tracts dans les entreprises et sensibilisation des salariés.

Pression, isolement, sanctions : les syndiqués ont souvent l'impression d'être montrés du doigt dans les entreprises. "Les syndiqués subissent souvent de la discrimination" selon Sabine Verdant, secrétaire CGT dans le Territoire de Belfort

Des pressions sur les salaires, ou encore sur les conditions de travail, difficile à prouver, pourtant c'est la réalité de plusieurs syndiqués selon elle.

Un phénomène croissant chez les PME

Et ce phénomène est d'autant plus vrai dans les petites entreprises. "Auparavant, les syndicats avaient une image forte dans les grandes entreprises. Aujourd'hui, on trouve de multiples syndicats qui n'ont plus une image très valorisantes dans l'entreprise" selon une salariée syndiquée.

Et s'il y a si peu de mobilisation dans les PME, c'est pour la simple et bonne raison que "les salariés ont peur de s'impliquer au niveau syndical car les employeurs voient cela d'un mauvais oeil" comme l'explique un représentant syndical CGT.

Témoignage

A tel point que certains représentants syndicaux se retrouvent isolés, c'est le cas de Philippe Favre-Danne, il est représentant syndical CGT à Pole Emploi Franche-Comté.

Philippe Favre-Danne, représentant syndical à Pole Emploi Franche-Comté

"Lors du tout début de Pôle Emploi en 2009, lors des élections professionnelles, nous avons eu du mal à trouver suffisamment de collègues ne serait-ce que pour tenir les bureaux de vote. Participer à cette activité était déjà mal vu par la hiérarchie à l'époque. Cela pouvait donner l'impression d'un possible ralentissement de carrière, d'une éventuelle détérioration des conditions de travail, ou d'une possible modification de la relation avec l'employeur."

Des conditions difficiles et pourtant, la CGT du Territoire de Belfort peut compter sur 1600 adhérents, c'est 200 de plus qu'il y a deux ans.