Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Belfort : nouvelle peine de prison ferme pour un gilet jaune, la deuxième en deux jours

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Un trentenaire a été condamné à six mois de prison ferme ce mercredi par le tribunal correctionnel de Belfort. C'est la deuxième peine de prison ferme prononcée en deux jours à Belfort à l'encontre d'un gilet jaune.

L'homme a écopé de six mois de prison ferme.
L'homme a écopé de six mois de prison ferme. © Maxppp - Bruno Levesque

Belfort, France

Ce mercredi, un gilet jaune de 33 ans a écopé de six mois de prison ferme. Cet homme était poursuivi pour avoir insulté puis lancé des projectiles sur plusieurs policiers samedi dernier en marge de la manifestation interrégionale à Belfort qui avait rassemblé 3.000 personnes. La peine de ce gilet jaune sera aménagée : il devra porter un bracelet électronique pendant six mois. Il était jugé en comparution immédiate ce mercredi par le tribunal correctionnel de Belfort.

Un policier frappé au niveau du casque

C'est le deuxième gilet jaune condamné à de la prison ferme en deux jours à Belfort. Mardi dernier, un homme âgé de 40 ans avait été condamné à la même peine, un an de prison, dont six mois ferme, pour "outrages et violences" envers un membre des forces de l'ordre. Il avait frappé un policier au niveau du casque et lui avait donné des coups de pied lors du même rassemblement. Selon la Préfecture ce premier gilet jaune était en état d'ébriété au moment des faits.

Choix de la station

France Bleu