Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Belfort : une mère de famille mord un gendarme, quatre mois de prison ferme

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Une Belfortaine de 27 ans a été condamnée ce mardi à Belfort à quatre mois de prison ferme. Le week-end dernier, alors qu'elle roulait sans permis avec ses enfants, elle avait refusé de se soumettre à un contrôle et s'était rebellée contre les gendarmes.

A l'audience, le procureur de la République avait requis 9 mois de prison ferme.
A l'audience, le procureur de la République avait requis 9 mois de prison ferme. © Radio France - Nicolas WILHELM

Une Belfortaine de 27 ans a été condamnée ce mardi à 4 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Belfort. Elle a été interpellée samedi dernier à Argiésans dans le Territoire de Belfort au volant d'une voiture : elle conduisait sans permis.

Arrestation musclée, gendarmes insultés

La conductrice a pris la fuite avant d'être interpellée par les gendarmes. Lors de son arrestation musclée, cette mère de famille a mis des coups de pieds au visage de deux militaires puis mordu l'un deux à la main. Sans compter les graves insultes qu'elle a proférées.

Elle a également décliné une fausse identité (celle de sa sœur) et refusé de se soumettre aux tests d'alcoolémie et de stupéfiants. Transportée à l'hôpital de Trévenans sous escorte, elle s'en ai ensuite pris à une cadre de santé qu'elle a griffée au bras.

"Des excuses trop tardives", pour le parquet

Devant le tribunal, la prévenue a présenté ses excuses. "Des excuses trop tardives" selon la Procureur de la République qui a insisté sur l'acharnement dont elle a fait preuve "sans aucune prise de conscience". A l'hôpital,  cinq personnes ont dû s'employer pour maîtriser la jeune femme et la plaquer au sol : trois gendarmes et deux personnels de santé. 

Lors de son interpellation, cinq autres personnes se trouvaient à bord de la voiture : sa filleule comme passagère avant, ses trois enfants et une copine, tous mal attachés sur la banquette arrière.

La jeune femme a déjà été condamnée à trois reprises à des peines de prison pour des faits similaires. Le procureur de la République avait requis 9 mois de prison ferme. Le jugement rendu est plus clément : 8 mois de prison dont 4 mois avec sursis. La peine sera aménagée ce qui devrait éviter à la prévenue d'aller en prison.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess