Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bergerac : prison avec sursis pour l'homme qui s'exhibait devant des collégiennes

mardi 13 février 2018 à 19:07 Par Benjamin Fontaine et Valérie Dejean, France Bleu Périgord

Un homme de 35 ans été condamné à une peine de prison avec sursis ce mardi 13 février par le tribunal correctionnel de Bergerac. Il avait été interpellé en octobre dernier après s'être exhibé à plusieurs reprises à la sortie du collège Henri IV de Bergerac.

Devant le tribunal de Bergerac - illustration
Devant le tribunal de Bergerac - illustration © Radio France - Antoine Balandra

L'affaire avait beaucoup ému en Bergeracois. Du mois d'avril au mois d'octobre 2017, à plusieurs reprises un homme de 35 ans s'était exhibé devant des adolescentes à la sortie du collège Henri IV, traumatisant une dizaine d'élèves. Déjà  condamné pour des faits similaires, il a comparu devant le tribunal correctionnel de Bergerac ce mardi 13 février.

"Je n'ai pas d'excuses" - le prévenu

A la barre, l'homme tente de s'expliquer et c'est douloureux. La tête baissée, les yeux rougis de larmes il assume "j'ai commis ces faits, je n'ai pas d'excuses pour ça, c'est inadmissible." Malgré les questions de la présidente, il n'arrive pas à dire pourquoi il fait et refait ces gestes traumatisants pour ces toutes jeunes filles. Le visage masqué, les yeux derrière des lunettes, coiffé d'un bonnet, il attend sous un porche, entre deux voitures, dans un jardin, l'allée d'une maison.  

"J'ai peur de rentrer chez moi" - une victime

A chaque fois c'est le même effroi pour ces adolescentes. Les plus jeunes ont 11 et 12 ans. "J'ai peur de rentrer chez moi, je n'ai plus confiance, dans la rue, _quand j'entends quelqu'un marcher derrière moi je me mets à courir_," confie l'une d'elles. Les jeunes filles pleurent. "Ces larmes, c'est le prix du plaisir de cet homme," explique l'un des avocats des jeunes filles qui déplore l'image masculine donnée à ces jeunes filles en construction. "On a envie que nos enfants découvrent la sexualité dans un climat de confiance, de douceur et d'amour." 

L'homme a été condamné à six mois de prison avec sursis, l'obligation de se soumettre à un suivi socio-judiciaire de trois ans avec l'obligation de se soigner.