Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Bergerac : une ancienne avocate poursuivie pour escroquerie, faux, et détournements

-
Par , France Bleu Périgord

La procureure a requis deux ans de prison ferme ce mardi à Bergerac contre une ancienne avocate soupçonnée d'avoir détourné plus de 100.000 euros à ses clients et du cabinet qui l'employait. Le tribunal correctionnel rendra son jugement dans une semaine.

L'audience au tribunal de Bergerac a duré cinq heures
L'audience au tribunal de Bergerac a duré cinq heures © Radio France - Harry Sagot

Bergerac, France

L'audience a duré près de cinq heures. Une ancienne avocate, salariée d'un cabinet de Bergerac pendant deux ans, était poursuivie ce mardi devant le tribunal correctionnel pour escroquerie, abus de confiance, faux, et exercice illégal de la profession d'avocat. 

Un mensonge...

Frédérique Dantin s'était inscrite au barreau de Bergerac en 2011, après la liquidation de son ancien cabinet à Toulouse. Pendant la durée de cette liquidation judiciaire, elle ne pouvait exercer son métier qu'en étant salariée, et elle s'était fait embaucher par un avocat récemment installé, originaire comme elle de Villeneuve-sur-Lot. 

... et des détournements

C'est en 2013, quand l'ordre des avocats de Bergerac l'a suspendue trois mois pour avoir menti sur d'anciennes sanctions (l'ordre des avocats de Toulouse l'avait interdite pendant six mois en 2008) que les détournements ont été progressivement exhumés. Son employeur a découvert qu'elle avait encaissé  sur ses comptes personnels les chèques d'une trentaine de clients du cabinet, et qu'elle s'était même fait une clientèle personnelle ; environ 25 clients l'ont payée à l'insu de son employeur, contre de fausses factures. L'instruction a permis d'évaluer les détournements à 108.000 euros.  D'autres clients ont également réalisé qu'ils avaient perdu leur affaire (par exemple un litige devant le tribunal de commerce) parce qu'elle ne les avait pas représentés à l'audience. 

Des faits reconnus

La défense de l'ancienne avocate a reconnu sa culpabilité pour l'ensemble des faux et des détournements, mais a plaidé la relaxe pour l'exercice illégal de la profession d'avocat, et demandé un allègement de la peine. 

La procureure a requis une peine de 3 ans de prison dont deux années ferme, une amende de 5.000 euros, l'interdiction définitive d'exercer la profession d'avocate, et la publication du jugement dans la presse à Bergerac et à Villeneuve-sur-Lot. L'ordre des avocats - partie civile - a demandé l'euro symbolique. Le tribunal correctionnel de Bergerac rendra son jugement le mardi 9 juillet.